Inégalités sociales : la faute au déclin des syndicats ?

  • A
  • A
Inégalités sociales : la faute au déclin des syndicats ?
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Moins les salariés ont de moyens d'action, plus la fracture sociale s'aggrave, selon une étude du FMI.

Le déclin des syndicats dans les pays riches a alimenté la flambée des inégalités sociales, affirme une étude d'experts du Fonds monétaire international (FMI) publiée jeudi. "Le déclin de la syndicalisation semble être un élément clé-de la hausse des plus gros salaires", écrivent deux chercheuses du FMI dans le magazine de l'institution, Finance and Development du mois de mars

Un taux de syndicalisation en baisse. Selon leur étude, qui couvre la période 1980-2010, les syndicats ont permis par le passé de freiner les inégalités en assurant une "distribution des salaires" plus équitable et en faisant pression sur les autorités pour s'engager dans cette voie. Mais surtout, notent les chercheuses, une faible syndicalisation "réduit la capacité de négociation" des salariés sur leur rémunération, au bénéfice des actionnaires et des plus hauts revenus.

FMI

© TIM SLOAN / AFP

Or, le taux de syndicalisation dans les principaux pays développés a reculé, passant de 20,8% en 1999 à 16,9% en 2013. "Si la désyndicalisation affaiblit les revenus pour les salariés du milieu et du bas de l'échelle, cela augmente nécessairement la part des revenus perçus par l'encadrement des entreprises et par les actionnaires", écrivent les deux économistes du Fonds, Florence Jaumotte et Carolina Osorio Buitron.

Pas la position officielle du FMI. Selon leur étude - qui ne représente pas la position officielle du FMI -, des syndicats plus faibles peuvent également réduire "l'influence" des salariés sur les décisions liées aux plus hauts revenus dans les entreprises, telles que l'ampleur et la structure de leur rémunération. D'ordinaire très discret sur ces questions, le FMI s'est récemment penché sur le mouvement de concentration des richesses dans les pays développés, notamment aux Etats-Unis.

>> LIRE AUSSI - La CGT doit-elle redevenir communiste ?

>> LIRE AUSSI - Pas d'accord sur la modernisation du dialogue social

>> À ÉCOUTER - Le FMI contre l'austérité

>> LIRE AUSSI - Le FMI plus pessimiste pour la croissance mondiale