Impôts locaux : peu de hausses en 2013

  • A
  • A
Impôts locaux : peu de hausses en 2013
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les collectivités locales devraient proposer des hausses faibles pour la taxe d'habitation et la taxe foncière.

Accalmie sur les impôts locaux. Selon des informations du Figaro, les collectivités territoriales devraient jouer cette année la modération, en proposant des hausses très modestes sur la taxe foncière et la taxe d'habitation, alors que les élections municipales pointent à l'horizon 2014.

>> A LIRE AUSSI : Du nouveau dans la déclaration d'impôts

Communes : les hausses entre parenthèses. Selon Philippe Laurent, président de la commission des Finances de l'Association des maires de France, la quasi-totalité des communes devraient choisir de ne pas toucher aux taux de la taxe foncière et de la taxe d'habitation. Cette décision relève cependant moins de la logique économique que d'un impératif politique. A quelques mois des élections municipales, prévues pour 2014, les maires ont à cœur de ne pas se mettre à dos leur électorat. Toutes les grandes villes devraient donc choisir de conserver le taux actuel une année de plus.

Même son de cloche dans les départements. Les départements, qui prélèvent aussi des impôts locaux par le biais d'une partie de la taxe foncière, devraient eux aussi lever le pied. Selon l'Assemblée des départements de France, 70 % des conseils généraux ne proposeraient aucune augmentation cette année, les 30 % restant se contentant de hausses inférieures à 2 %.

Quand même des hausses à prévoir… La modération prônée par les élus locaux ne signifie pas pour autant que le montant payé par les ménages ne variera pas. Les impôts locaux se calculent en effet en multipliant la valeur locative du logement par le taux fixé part les collectivités. Or la valeur locative, déterminée par le Parlement, a été augmentée de 1,8 % cette année. Les Français payeront donc 1,8 % de taxes en plus.