Impôts : ces ménages à qui la redistribution profite

  • A
  • A
Impôts : ces ménages à qui la redistribution profite
@ MAXPPP
Partagez sur :

LUTTE CONTRE LES INEGALITES - Le Trésor publie une étude qui montre que la redistribution permet d’augmenter le niveau de vie des Français les plus pauvres de 55%.

Impôts et cotisations ne sont pas uniquement destinés à remplir les caisses de l’Etat. En pleine réflexion sur une possible réforme de la fiscalité des ménages, une étude du Trésor, dont le quotidien les Echos reprend les chiffres, conclut que "la redistribution opérée par le système socio-fiscal est importante". Dans le détail, elle permet de réduire de 40 % les écarts de niveau de vie entre les 10 % des ménages les plus modestes et les 10 % les plus aisés.

Le système "Robin des bois" fonctionne. Selon le rapport du Trésor, les ménages les plus modestes sont bien ceux qui bénéficient le plus de la redistribution. Le revenu du premier décile (les 10% les plus pauvres) passe de 6.900 euros à 10.700 euros par an, soit une hausse de 55% du niveau de vie. Le "coût" pour le dernier décile (les 10% les plus riches) est un manque à gagner de 10% de leurs revenus qui passe de 42.100 euros à 37.700.

>> A lire aussi : Les 30% des plus pauvres possèdent moins que les 5 familles les plus riches

Une aide pour sortir de la pauvreté. Ce système fiscal permet de réduire de moitié le nombre de personnes dont le revenu brut disponible est inférieur à 10.000 euros, soit par 833 euros par mois. Or, en France, le seuil de pauvreté relative est fixé à 977 euros nets mensuels (60% du salaire médian) pour une personne seule. Près de 9 millions de personnes sont concernées selon les derniers chiffres de l’Insee, datés de 2011. Et la moitié de ces personnes ont un niveau de vie inférieur à 790 euros par mois.

>> A lire aussi : Smic : le gouvernement se contente du minimum

Un système non-incitatif. En contrepartie, ce système redistributif peut pousser certains bénéficiaires de prestations à arbitrer entre aides et travail, pointe le rapport du Trésor. Un célibataire sans enfant qui touche un demi-Smic, soit 556 euros nets par mois, qui gagnerait 100 euros en plus en effectuant des missions ponctuelles ne verrait son revenu disponible augmenter que de 19 euros, suite aux baisses de prestation. Peu cher payé pour un jour et demi de travail payé au Smic. Toutefois, en effectuant le même calcul avec une personne gagnant trois fois plus, soit près de 1.700 euros nets par mois, l’augmentation finale de revenu est de 66 euros.

sur le même sujet, sujet,

INFO - Smic : vers une hausse légale, sans coup de pouce

ZOOM - Un léger toilettage du calcul du Smic

ZOOM - Salaire minimum : la gauche arrache un "oui" à Merkel