Impôt sur le revenu : le gel du barème, c'est fini

  • A
  • A
Impôt sur le revenu : le gel du barème, c'est fini
@ MaxPPP
Partagez sur :

Bonne nouvelle pour les contribuables : à compter de l'an prochain, le barème de l'impôt sur le revenu devrait recommencer à suivre l'inflation.

L'info. Enfin une bonne nouvelle pour les contribuables. Le gel du barème de l'impôt sur le revenu, voté sous Nicolas Sarkozy et en place depuis l'an dernier, va bientôt prendre fin. Mardi soir, Jean-Marc Ayrault a annoncé que "l'indexation du barème de l'impôt sur le revenu serait rétablie en 2014" pour l'imposition des revenus de 2013. Après deux ans de gel, le gouvernement a donc choisi la stabilisation de la fiscalité.

>> A LIRE AUSSI : Ce que le gouvernement a décidé pour les retraites

De quoi s'agit-il ? Jusqu'en 2011, les tranches d'impôt sur le revenu suivaient l'inflation : quand les prix en France augmentaient de 1 %, les limites entre les tranches d'impôt sur le revenu grimpaient d'autant. Cela permettait d'éviter au contribuable de payer plus d'impôts d'une année sur l'autre simplement à cause de l'inflation. Sauf que depuis l'an dernier, le barème n'est plus lié à l'inflation.

Conséquence, nombre de ménages ont vu leur imposition augmenter, parfois de manière significative. En 2012, 400.000 ménages qui n'étaient pas imposables en 2011 car ils gagnaient trop peu ont dû acquitter l'impôt sur le revenu. Et cette année, la facture pour les contribuables a encore augmenté de 2 à 2,5 % en moyenne à cause du gel.

>> A LIRE AUSSI : Qui est concerné par les hausses d'impôts cette année ?

"Quasi-stabilisation" des prélèvements. A compter de l'an prochain, donc, fini le gel du barème, l'impôt recommencera à augmenter en fonction de l'inflation. Selon le Premier ministre, "les efforts d'économies engagés et qui se poursuivent permettent de tendre en 2014 vers une quasi-stabilisation des prélèvements obligatoires". Une bonne nouvelle, dans la mesure où, en avril, la France avait annoncé à Bruxelles que les prélèvements augmenteraient encore de 0,3 % du PIB l'an prochain.