Immobilier : pourquoi les prix des terrains flambent

  • A
  • A
Immobilier : pourquoi les prix des terrains flambent
Le prix des terrains a bondi de 60% depuis 2006, selon la CLCV.
Partagez sur :

Selon la CLCV, le coût du foncier a augmenté trois fois plus vite que celui des constructions.

EXCLUSIF

Les prix des terrains (foncier) flambent. Selon une enquête de la CLCV qu'Europe1 vous révèle en exclusivité mardi, le coût du foncier a en effet augmenté trois fois plus vite que celui des constructions. Le prix des terrains a ainsi bondi de 60% depuis 2006, selon l'association de consommateur.

Les maires ne jouent pas le jeu. Première raison avancée : le manque de terrains disponibles pour construire des logements. Les maires ne joueraient pas toujours le jeu. Ce sont eux qui ont le dernier mot pour délivrer les permis de construire. Or, les autorisations de construction ne sont pas toujours leur priorité. Plus de logements signifie plus d'habitants, donc plus de crèches à construire par exemple et ça, ça coûte cher. Surtout, la construction n'est pas toujours bonne pour l'image du maire. Car les habitants ont rarement envie de voir les constructions se multiplier autour de chez eux.

Aucun prix de référence. Surtout, la CLCV dénonce le manque de transparence du marché. Contrairement aux logements, vous n'avez aucun chiffre de référence officiel. Quand vous achetez un appartement a Paris par exemple, vous savez que c'est environ 8.000 euros le m2, variable suivant les quartiers. Pour les terrains, il n'existe aucun baromètre officiel.

L'autorité de la concurrence saisie. "Quand on veut acheter un logement, on peut aller dans une agence immobilière qui connaît les prix. Pour le foncier, ça ne fonctionne pas comme ça", explique sur Europe 1 le délégué général de la CLCV, François Carlier. "Il n'y a pas vraiment de professionnel dédié. Il y a peu d'acteurs sur le dossier. Les acteurs font ce qu'ils veulent et vous avez des prix très différents pour un même bien, au même endroit. Et ça entretient la spirale inflationniste".

L'association de consommateur réclame ainsi la création d'un prix de référence sur le foncier et a même saisi l'autorité de la concurrence sur le sujet. Un rapport est attendu dans les mois qui viennent.