Immobilier : les taux des crédits au plus bas

  • A
  • A
Immobilier : les taux des crédits au plus bas
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les taux d'intérêts des crédits ont encore diminué en avril pour atteindre 3 %.

L'info. "Jamais, par le passé", les taux des crédits n'étaient descendus aussi bas".  La déclaration, publiée lundi matin dans le cadre d'une étude de l'Observatoire Crédit Logement / CSA, résume bien la situation actuelle. A 3,00 %, le taux moyen d'emprunt immobilier est à son plus bas niveau jamais mesuré. Depuis janvier 2012, il n'a d'ailleurs pas cessé de diminuer et affiche une baisse totale de près de un pourcent.

>> A LIRE AUSSI : Les prix de l'immobilier baissent pour de bon

>>> Les trois explications :

• D'abord, "une diminution exceptionnelle du coût des ressources", c'est-à-dire que les banques peuvent elles-mêmes emprunter de l'argent à un taux faible, et prêtent donc également à des taux réduits.

• L'Observatoire note également que "le taux de sinistralité des emprunteurs est à un très bas niveau", c'est-à-dire qu'il y a très peu d'emprunteurs qui n'arrivent pas à rembourser leurs crédits. Et comme le risque de ne pas récupérer les sommes prêtées est plus faible, les banques peuvent prêter à un taux plus faible.

• Enfin, selon l'étude, le record historique s'explique par la  volonté des banques de faire redémarrer leur activité de crédits immobiliers. Après une forte hausse en 2010/2011, la fièvre immobilière est brutalement retombée l'an dernier. Résultat, les banques sont obligées de faire des efforts pour espérer prêter à leurs clients.

Rebond du nombre de crédits. La conséquence de ces taux planchers, c'est que le marché du crédit est en train de se retourner. Avec la crise de l'immobilier l'an dernier, le nombre de crédits accordés par les banques s'était effondré, de 26,4 %. Depuis le début 2013, en revanche, la tendance tend à s'inverser : entre le quatrième trimestre 2012 et le premier trimestre 2013, les banques ont accordé 2,1 % de crédits supplémentaires. En clair, la baisse drastique des taux de crédit pourrait pousser les particuliers à se réintéresser à l'immobilier.

>> Découvrez l'étude de l'Observatoire Crédit Logement avec l'institut CSA :