Hollande double le nombre d'emplois francs en 2013

  • A
  • A
Hollande double le nombre d'emplois francs en 2013
Le président de la République François Hollande a annoncé samedi à Auch le doublement en 2013 du nombre "des emplois francs", qui passera à 5.000, "compte tenu du succès" de ce dispositif de soutien à l'emploi des jeunes issus des quartiers défavorisés.@ Reuters
Partagez sur :

Le chef de l’État, en déplacement à Auch, a annoncé que leur nombre passerait à 5.000.

L'annonce. François Hollande a annoncé, samedi à Auch, le doublement en 2013 du nombre "des emplois francs", qui passera ainsi à 5.000. "Nous avions prévu 2.500 emplois francs pour 2013. Compte tenu du succès, je vais doubler leur nombre. Il y en aura 5.000", a déclaré le chef de l’État au cours d'une table ronde dans un quartier populaire, le Garros.

>> LIRE AUSSI : Hollande veut faire de Clichy un exemple

Hollande emplois francs

© Reuters

Qu'est-ce qu'un emploi franc ? Ce dispositif expérimental d'accès ou de retour à l'emploi, lancé début juillet, consiste en une aide de 5.000 euros, versée en deux fois, à une entreprise qui embauche en CDI un jeune de moins de 30 ans résident d'une zone urbaine sensible (ZUS). Au départ, quelque 10.000 emplois de ce type devaient être signés dans les trois ans à venir. Le jeune embauché doit résider depuis au moins six mois en ZUS et faire état d'une durée de douze mois minimum de recherche d'emploi sur les dix-huit derniers mois. Il n'y a pas de condition de diplôme. Une zone urbaine sensible (ou ZUS) est un quartier défini par les pouvoirs publics comme cible prioritaire des politiques de la ville, notamment en raison d'un déséquilibre dans la qualité des offres d'emploi et de logement par rapport au reste de l'Hexagone.

>> Pour la liste des ZUS, cliquez ici

Aucune préférence pour certains quartiers. "La politique du territoire, la politique de la ville, elle concerne tout l'espace français", a par ailleurs déclaré le président de la République aux journalistes qui l'accompagnaient sur un marché. "Une politique des quartiers, ce n'est pas une politique des métropoles", a-t-il ajouté, précisant que des quartiers comme celui du Garros qu'il s'apprête à visiter dans cette ville du Gers, département "le plus rural de France", doit aussi bénéficier "des dispositifs qui sont généralement regardés comme ceux des grandes agglomérations". "Un grand enjeu pour le mandat qui est le mien, c'est de permettre à chacun de penser qu'il est à l'égal de l'autre et qu'il n'y a aucune préférence pour certains quartiers par rapport à d'autres", a-t-il déclaré à la presse.