Guerre des prix : Intermarché y va-t-il trop fort ?

  • A
  • A
Guerre des prix : Intermarché y va-t-il trop fort ?
@ PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :

Les Mousquetaires sont accusés d'abus contre leurs fournisseurs, dans les négociations pour casser les prix. 

Europe 1 vous le racontait déjà fin mars : les fournisseurs se plaignent de plus en plus des pressions qu'exercent sur eux les enseignes de grande distribution pour obtenir des baisses de prix. Le PDG de Nestlé, Richard Girardot, dénonçait même des journées de négociations "dignes de garde à vue". Alertée en mars 2014 par l'Ilec, une association d'industriel de l'agroalimentaire, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) s'est saisie du problème. Et une enseigne vient d'être prise la main dans le sac : Intermarché.

3,5% de marge quoi qu'il arrive. Selon Le Figaro, qui révèle l'information lundi, Intermarché a reçu deux assignations de la DGCCRF. Au total, l'enseigne risque une amende de 2 millions d'euros pour abus envers ses fournisseurs. La première assignation concerne la "garantie de marge" qu'aurait demandée Intermarché à ses fournisseurs. Une clause écrite qui garantirait à Intermarché une marge de 3,5% du chiffre d'affaires quelle que soit sa politique de prix. En clair, selon une telle clause, si Intermarché baisse ses prix, les fournisseurs seraient obligés de suivre pour lui garantir une marge de 3,5%.

Des contrats à sens unique. La seconde assignation accuse Intermarché de signer des contrats à sens unique avec les producteurs, leur imposant de nombreuses conditions sans leur proposer de contreparties. Les négociants de l'enseigne "auraient exigé des fournisseurs des baisses de tarifs sans leur offrir les contreparties nécessaires (engagement sur les volumes achetés, opérations promotionnels…) ou encore inscrit dans les contrats des clauses illicites (reprises des invendus, déductions d'office, pénalités de retard…)", écrit Le Figaro.

Intermarché seul en cause ? "Le message qui est envoyé, c'est qu'il n'y aura aucune bienveillance à l'égard de celles et ceux qui veulent contourner la loi sur ces sujets", a commenté Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, lundi au micro d'Europe 1. "Il y a beaucoup de tension. Certaines filières souffrent beaucoup. Il faut être très vigileant et nous le sommes", a-t-il encore renchéri. 

 Le groupe Les Mousquetaires est le seul, pour l'instant, à être assigné par Bercy. Mais Le Figaro laisse entendre qu'il n'est pas le seul à recourir à des pratiques abusives. Ce serait simplement le seul à s'être fait prendre. "Certains ont échappé au courroux de Bercy parce que les preuves de pratiques illégales étaient trop peu nombreuses, parce qu'ils n'avaient pas laissé de traces écrites  ou parce que leurs avocats étaient particulièrement efficaces", assure un industriel anonyme dans les colonnes du quotidien. Intermarché s'est pour sa part refusé à tout commentaire. 

Pour Jacques Creyssel, L'industrie agroalimentaire se porte mieux que n'importe quelle autre industrie française :





>> LIRE AUSSI - "Une pression digne d'une garde à vue"

>> LIRE AUSSI - Grande distribution : jusqu'où ira la guerre des prix ?

>> LIRE AUSSI - Le gouvernement place la grande distribution sous surveillance