Grève Air France : ça s'arrange à peine mardi

  • A
  • A
Grève Air France : ça s'arrange à peine mardi
@ Reuters
Partagez sur :

TRAFIC - Confronté à une grève de ses pilotes, Air France prévoit d'assurer 48% de ses vols mardi, légèrement plus que lundi (42%).

Air France prévoit d'assurer mardi 48% de ses vols, légèrement plus que lundi (42%), a annoncé lundi la direction de la compagnie aérienne, au début d'une deuxième semaine de la grève des pilotes. La direction estime à 57% le taux de pilotes grévistes pour mardi, en baisse par rapport à lundi (65%), a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Les pilotes en grève depuis une semaine. Depuis huit jours, plus de la moitié des avions de la compagnie sont cloués au sol dans le cadre de la grève des pilotes de ligne, la plus longue depuis 1998. Ces derniers dénoncent la priorité accordée au low cost du groupe, Transavia, dont Air France-KLM veut développer la flotte pour faire face à la concurrence. Les projets d'Air France suscitent en effet chez les pilotes des craintes de "dumping social" et de "délocalisations" au détriment des emplois français.

La direction fait bouger les lignes. Au huitième jour de grève, Air France a lâché du lest lundi en annonçant la suspension jusqu'en décembre de la montée ne puissance de Transavia Europe. Mais la direction demande en échange d’accélérer le rythme de développement de Transavia France, ce qui s'apparente à un nouveau coup de poker.

En effet, la flotte de Transavia France passerait alors de 14 à 37 avions et si les pilotes de ligne refusent cette montée en puissance, la direction a prévenu : elle dénoncera l'accord qui fixe les règles du jeu chez Transavia. "Lequel prévoit le transfert des pilotes d'Air France chez Transavia sur la base du volontariat et sans perte de revenu", rappelle Le Monde. En clair, la direction répond aux accusations de délocalisation des pilotes tout en les mettant au pied du mur en ce qui concerne Transavia France. Et leur envoi un message limpide : la montée en puissance de Transavia France se fera aux conditions de la direction. Quand aux pilotes, ils auront du mal à invoquer l'argument de la délocalisation de l'emploi.

>> LIRE AUSSI - Air France : la direction suspend le projet Transavia Europe mais...

.