Free débordé par l’afflux de clients

  • A
  • A
Free débordé par l’afflux de clients
Ne vous trompez pas, cette vision est idyllique : désormais, toutes les boutiques Free sont complètement bondées.@ MAXPPP
Partagez sur :

L’intérêt suscité par son offre de téléphonie est tel que tous ses services ont été rapidement saturés.

Xavier Niel, le patron du groupe Iliad/Free, promettait de faire bouger les lignes mais il ne s’attendait peut-être pas à une telle cohue. Depuis l’annonce de son offre de téléphonie mobile à 19,99 euros, le groupe est submergé, tant sur ses plate-formes à distance que dans ses boutiques.

Site Internet et serveur vocal saturés

Bien que largement relayée dans les médias, la gamme de forfaits dévoilée par Free a tellement interloqué que les usagers intéressés se sont rués sur le site Internet de l’opérateur pour vérifier ce qu’ils avaient lu et entendu. Bilan : un site Internet bloqué une bonne partie de la journée de mardi et mercredi et des lignes téléphoniques totalement saturées.

"Hier [mardi], on a vécu quelque chose qui ne nous était jamais arrivé de notre vie : on avait en moyenne plus d’un million de demandes à traiter par minute, donc on était saturé", a reconnu Xavier Niel mercredi soir sur Canal+, avant d’ajouter : "c’était une catastrophe".

L’une de ses rares boutiques prise d’assaut

Bien que la grande majorité de ses relations-clients se fassent à distance, Free dispose aussi de quelques rares boutiques. Celle de Rouen, située sur l'une des principales artères commerçantes du centre, a été prise d’assaut dès mercredi matin.

Une longue file d’environ 50 personnes s’est rapidement formée, avec un temps d'attente d'environ "deux heures et demie", obligeant le magasin à afficher sur sa vitrine le message suivant : "par mesure de sécurité, l'accès est restreint à trente personnes".

Free promet de travailler son point faible, la relation-client

Prévoyant un afflux de clients, Free a déjà embauché 1.500 personnes pour sa seule branche téléphonie et compte renforcer ses effectifs pour éviter de répéter ses erreurs dans l’Internet, dont le service clientèle est souvent brocardé. Un recrutement d’autant plus nécessaire que Free ambitionne de conquérir, à terme, 25% de part de marché, soit 16 millions de clients.