Florange : la fin des hauts fourneaux ?

  • A
  • A
Florange : la fin des hauts fourneaux ?
Libération assure qu'ArcelorMittal va fermer le site de Florange. Arnaud Montebourg se rend sur place jeudi.@ MAXPPP
Partagez sur :

Libération assure que le site lorrain d'ArcelorMittal va fermer. Montebourg est attendu sur place jeudi.

Les hauts fourneaux de Florange ne fumaient plus depuis un an, mais les salariés d'ArcelorMittal gardaient encore l'espoir de les voir redémarrer. Alors que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, se rend sur place jeudi à la demande des ouvriers, le quotidien Libération assure que la direction a déjà confirmé au gouvernement sa décision de fermer les deux unités menacées.

Officiel dès lundi prochain ?

L'annonce officielle par le sidérurgiste pourrait avoir lieu lundi prochain. Un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire est en effet convoqué au siège français du groupe à Saint-Denis, en Seine-Saint Denis. Et l'ordre du jour ne comporte qu'un seul point : "information sur la situation économique et industrielle d'ArcelorMittal Atlantique et Lorraine".

Les salariés de Florange attendent donc Arnaud Montebourg de pied ferme. "On n'a rien à lui dire, on a juste envie de l'écouter", a commenté un des responsables CFDT, Edouard Martin. "Pendant l'été, ses conseillers nous disaient qu'il viendrait uniquement s'il avait des choses positives à annoncer. Alors on espère qu'il a quelque chose dans sa besace", a-t-il expliqué.

"Mittal a sacrifié Florange"

La fermeture définitive des hauts fourneaux menacerait 550 emplois directs et encore plus d'emplois indirects. Une catastrophe pour Florange et sa région, se désole déjà Philippe Tarillon, le maire de la commune. "Ce n'est pas une surprise. La stratégie de Monsieur Mittal est financière et il est clair qu'il a sacrifié le site de Florange", dénonce-t-il sur Europe 1. "Le gouvernement, nous en sommes convaincus, fait le maximum pour trouver une solution de continuité. Nous attendons que ce travail aboutisse pour trouver un repreneur. Ce site mérite d'être sauvé car il est viable", poursuit l'élu.

Un projet de reprise 

Selon Libération, le gouvernement travaillerait à un projet de reprise du site de Florange pour un euro symbolique. ArcelorMittal accorderait un délai de "plusieurs mois" pendant lequel l'Etat serait chargé de trouver un repreneur. Le géant de l'acier de son côté garderait la "filière froide" de transformation du métal produit localement. Le patron d'ArcelorMittal, Lakshmi Mittal, et François Hollande doivent se rencontrer vendredi à Paris, assure le député socialiste de Moselle, Michel Liebgott.

Les deux derniers hauts fourneaux de Florange ont été arrêtés à l'été et en octobre 2011. ArcelorMittal assure toujours qu'ils n'ont été mis qu'en veille temporaire en raison d'une demande insuffisante d'acier en Europe. En mars dernier, l'ex-président Nicolas Sarkozy avait annoncé un investissement de 17 millions d'euros d'ArcelorMittal à Florange, notamment pour faire redémarrer un des hauts-fourneaux au deuxième semestre 2012.