Florange: l'Etat, pas "dogmatique" (Sapin)

Les négociations entre l'Etat et ArcelorMittal devaient prendre fin ce soir.

Le ministre du Travail Michel Sapin a réfuté sur Europe 1 tout "dogmatisme" de l'exécutif au sujet d'une nationalisation du site de Florange. "Il y avait plusieurs solutions sur la table. Il est indispensable que cet outil - car c'est un outil, ce n'est pas un dogme - d'une appropriation par l'Etat de manière ponctuelle et limitée dans le temps soit expertisé et mis sur la table."

"Nous ne sommes pas dans une vision dogmatique, a-t-il ajouté. Il ne s'agit pas de considérer que dès qu'il y a un problème, on va se tourner vers la nationalisation." Le gouvernement est opposé à "la nationalisation des pertes et (...) la privatisation des profits", a ironisé Michel Sapin. "Il s'agit d'être pragmatique. La possibilité est ouverte que l'Etat soit au capital et facilite la transaction dans la transition. C'est comme ça qu'ont fait les gouvernements britanniques et américains. C'est ce qui a été fait en France au cours de ces dix dernières années."

Des négociations "tendues"

Les négociations entre l'Etat et ArcelorMittal, qui devaient prendre fin ce soir, pourraient être prolongée. Le ministre a démenti toute difficulté de dernière minute. "Je ne sais pas combien de temps cela durera mais les négociations sont en cours. Elles sont fermes, elles sont difficiles, elles sont tendues parce que le gouvernement sait ce qu'il veut et aura l'attitude nécessaire pour qu'on trouve une solution pérenne, juste, efficace qui préserve l'emploi et qui permette l'activité."