Fillon joue les VRP en Chine

  • A
  • A
Fillon joue les VRP en Chine
Partagez sur :

La visite du premier ministre est l’occasion de réchauffer des relations diplomatiques et d’intensifier les échanges économiques.

La France a donné lundi un coup de fouet à son partenariat nucléaire avec la Chine grâce à des transferts de technologie annoncés par le premier ministre français lors d'une visite officielle à Pékin. Accompagné d'Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva et d'Henri Proglio, nouveau PDG d'EDF, il a souligné lors d'une cérémonie l'importance et l'histoire de la coopération franco-chinoise dans le nucléaire civil.

Paris et Pékin ont le projet de former ensemble des ingénieurs nucléaires et de construire sur le sol chinois une usine de retraitement des combustibles. Les deux réacteurs de troisième génération EPR en construction dans la province de Guangdong ont aussi connu une nouvelle avancée avec la signature entre la holding chinoise CGNPC d'une part, Areva et EDF d'autre part, de deux coentreprises.

Safran et son partenaire américain historique General Electricont ont signé lundi un contrat de 5 milliards de dollars pour fournir l'ensemble propulsif du futur avion C919 chinois, un succès qui permet aux deux industriels de prendre pied durablement sur un marché stratégique. Elément majeur de la stratégie aéronautique déployée par Pékin dans le domaine aéronautique, le C919 se présente comme le futur avion moderne "made in China".

Selon Matignon, "une dizaine d'accords seront signés" durant le voyage. Dans le domaine de la coopération, un accord entre le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) et le ministère chinois des Sciences et Technologies a été signé. Il vise à favoriser la recherche et le développement en matière non-nucléaire. Le ministère français de l'Ecologie et le ministère chinois des Ressources en eau ont signé un accord sur la gestion des ressources en eau.

L'Agence française de développement (AFD) et le ministère chinois des Finances travaillent sur une ligne de crédit permettant le financement par trois banques chinoises de projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

> Fillon ménage la Chine après Copenhague