Fiche de paie : un salarié sur trois a déjà constaté une erreur

  • A
  • A
Fiche de paie : un salarié sur trois a déjà constaté une erreur
@ MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :

Sur ce point, seulement un quart des salariés disent avoir pleinement confiance dans leur employeur.

Un salarié français sur trois a déjà constaté une erreur dans sa fiche de paie, et seulement un quart des salariés disent avoir pleinement confiance dans leur employeur sur ce point, selon un sondage Ifop pour Securex, cabinet prestataire en ressources humaines, publié lundi.

Un "rite mensuel" pour 85% des Français. Consulter son bulletin de salaire est un "rituel mensuel" pour la majorité des Français: 85% des personnes interrogées disent l'avoir fait tous les mois sur l'année écoulée. La pratique est encore plus fréquente chez les plus de 50 ans (90%) et chez les ouvriers (92% contre 76% chez les cadres et professions libérales). Mais un salarié sur trois (33%) a constaté une erreur sur sa fiche de paie au cours des douze derniers mois et 67%, jamais. Ces erreurs sont de toute nature: montant du salaire, cotisations prélevées, nombre d'heures travaillées, calcul des congés payés et même remboursement des notes de frais.

"Beaucoup d'erreurs en défaveur du salarié". Mais les travailleurs ne s'attardent souvent que sur le montant global du salaire, et non sur l'ensemble des lignes d'une fiche de paie.  C'est pourtant la seule manière de déceler une erreur, comme c'est arrivé à Sylvain, qui enchaîne les contrats d’intérim. "Souvent, on ne vérifie pas et une fois qu'on vérifie, on s'aperçoit qu'il y a beaucoup, beaucoup d'erreurs qui sont en défaveur du salarié. Cela m'est notamment arriver d'apercevoir que sur mon contrat j'avais une journée de clôture pour ma mission qui n'a jamais été payée. C'est des contrats de cinq semaines à chaque fois et sur chaque contrat il y a une journée qui sautait", témoigne-t-il. 

Tout aussi complexe pour les employeurs. Si les salariés ont du mal à s'y retrouver parmi la trentaine de lignes que contient une fiche de paie, c'est tout aussi compliqué pour les employeurs. "Je sais que très récemment, j'ai oublié de payer l'ancienneté d'une salariée qui avait plus de dix ans d'ancienneté. J'ai fait une erreur, je l'ai rattrapée. on peut toujours faire des erreurs : vous avez vu la tête de votre fiche de paie ? C'est très facile de se tromper", assure Thibaud, à la tête d'une bijouterie parisienne employant trois salariés. 

Les ouvriers sont les plus concernés. Les plus concernés par ces dysfonctionnements sont les ouvriers (44%), les salariés du commerce et des transports (42%), selon le sondage. C'est dans les entreprises de moins de 20 salariés que la constatation d'erreurs est la plus faible (25%), et dans celles de 50 à 250 salariés qu'elle est la plus importante (42%). 21% des salariés (29% chez les ouvriers) affirment ne pas avoir "confiance" dans leur employeur pour bien intégrer les nouvelles règlementations en matière de droit du travail. Et seuls 25% ont "tout à fait confiance" sur ce sujet. Mais les choses devraient changer : une nouvelle formule simplifiée devrait être expérimentée en France dès l’année prochaine.

Reste alors un dernier problème : un salarié sur trois ne reçoit pas systématiquement son salaire à date fixe. 12% disent le percevoir "parfois" en avance par rapport au mois précédent, 15% "parfois" en retard, et 7% jamais à la même date.