Faute d’argent, l’armée va louer des avions

  • A
  • A
Faute d’argent, l’armée va louer des avions
@ ALAIN JOCARD/AFP
Partagez sur :

BUDGET - L’armée va louer les appareils qu’elle ne peut pas se payer actuellement dans un contexte de réduction budgétaire.

Quand on n’a pas les moyens d'acheter, on peut toujours louer. C’est précisément ce que s’apprête à faire le ministère de la Défense, qui n’a pas les moyens de régler tous les achats qu’elle a prévu pour 2015. Alors l’armée française innove : elle va créer une société qui va acheter du matériel à sa place, notamment des avions de transports A400M, pour ensuite le louer aux militaires.

L’armée a du mal à boucler son budget. La Défense est confrontée à un double défi : son budget est en baisse alors que ses dépenses augmentent en raison des nombreuses opérations extérieures en cours, notamment au Mali et en République Centrafricaine. Ces missions ont coûté 605 millions d'euros de plus que prévu.

>>> LIRE AUSSI - REPORTAGE INTERACTIF - Centrafrique, des légionnaires sous tension

Résultat, il lui manque environ 2 milliards d'euros pour honorer ses commandes en 2015. Le gouvernement comptait bien combler ce trou en récupérant de l’argent grâce à la vente de fréquences hertziennes aux opérateurs télécoms, qui pourraient ainsi proposer un meilleur débit, sauf que cette opération ne devrait pas se faire cette année. Il a donc fallu trouver une solution de rechange.

Des sociétés créées exprès pour acheter à la place de l’armée. Pour éviter d’annuler ses commandes, l’armée va donc passer par une société créée ex nihilo. Cette dernière sera financée à priori par des cessions de l'Etat qui ne peuvent pas combler des trous budgétaires mais peuvent servir à investir.

Une société qui va permettre à l’armée d’acheter en leasing : le ministère va payer un loyer pour la location et l'entretien du matériel et, à la fin, il en sera propriétaire. Un moyen original d’honorer les commandes passées sans débourser directement de l'argent sur son budget. Cette tactique, l'armée y a songé à chaque fois qu’elle a eu du mal à boucler son budget mais elle n’était jamais passée à l’acte. François Hollande a depuis donné son accord, il ne reste plus qu’à finaliser le montage définitif.