Les dépenses d'ERDF pour changer de nom ne passent pas

  • A
  • A
Les dépenses d'ERDF pour changer de nom ne passent pas
@ JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :

Le nouveau nom d'ERDF, qui n'a pas encore été annoncé officiellement par la direction, doit permettre d'éviter la confusion avec la maison-mère EDF.

EDF, qui produit et commercialise l'électricité, et ERDF, qui gère le réseau pour l'acheminer, sont deux entreprises distinctes depuis 2008. Mais leur passé en commun et leurs noms très proches peuvent provoquer une confusion, si bien qu'ERDF va changer de nom pour s'appeler Enedis. Une opération coûteuse qui intervient moins d'un an après un changement de logo.

ERDF sommé de se différencier d'EDF. Noms presque similaires, identités visuelles très proches : pour beaucoup, EDF et ERDF sont une seule et même identité, d'autant que le premier détient 100% du capital du second. Une confusion à laquelle la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a voulu mettre fin, d'autant que le gestionnaire du réseau doit être séparé du producteur d'électricité pour ne pas fausser l'ouverture du marché à la concurrence. Mi-janvier, ERDF a donc entendu le message du gendarme de l'énergie et annoncé qu'il allait changer de nom. L'entreprise a finalement annoncé mi-janvier qu'elle allait changer de nom. "Cette nouvelle dénomination traduira l'engagement fort de l'entreprise dans la transition énergétique au lendemain de la COP21", la conférence climatique mondiale qui s'est tenue en décembre à Paris, avait précisé ERDF.

300 millions d'euros pour se renommer Enedis. L'entreprise avait probablement préparé toute une opération de communication pour accompagner ce changement de nom mais les choses ne se sont pas passées comme prévues : la fédération CGT Mines Energie a dévoilé lundi le nouveau nom de l’entreprise. ERDF va devenir Enedis, même si la direction de l'entreprise ne l'a pas confirmé.

Mais pourquoi perturber le plan de communication de sa propre entreprise ? Tout simplement à cause de son coût, jugé excessif par la CGT : 300 millions d'euros. Mais aussi et surtout par que les salariés du groupe ont une impression de gâchis : déjà sommé de se différencier d'EDF, ERDF avait changé de logo à l'été 2015. Et avait au passage dépensé 30 millions d'euros qui n'auront donc pas servi à grand chose.

De l'argent que la CGT aurait préféré voir investi ailleurs. "Ce n'est pas avec ce type de politique de gaspillage financier que l'économie se portera mieux et que le chômage sera résorbé", a dénoncé le syndicat dans un communiqué. Pour la FNME-CGT, l'argent dépensé pour les changements de logo et de nom "pourrait servir à ne pas augmenter les factures, à combattre la précarité énergétique (11 millions de Français dans cette situation aujourd'hui), à investir dans l'appareil industriel, à créer des emplois et augmenter les salaires". 

Ce changement intervient en effet au moment où la maison-mère d'ERDF traverse une zone de grandes turbulences : endetté, EDF doit gérer les délicat dossiers de l'EPR, du rachat d'Areva, de la modernisation des centrales nucléaires françaises ou encore du démantèlement des plus anciennes.