Entreprises, on veut vous faire rouler à l'essence !

  • A
  • A
Entreprises, on veut vous faire rouler à l'essence !
@ FRED TANNEAU/AFP
Partagez sur :

Deux amendements au Budget 2016 prévoient d'inciter les entreprises à délaisser le diesel.  

La guerre contre le diesel n'est pas terminée. Le projet de loi de Finances prévoit déjà une augmentation de la fiscalité sur le gasoil d'un centime par litre. Et une prochaine bataille se prépare. Un rectificatif au projet de loi de Finances, qui sera débattu mi-novembre, contient également deux amendements déposés par l'écologiste Denis Baupin. Ces derniers visent à inciter les entreprises à rouler uniquement à l'essence.

Baisser la TVA sur l'essence… Aujourd'hui, 96% des véhicules d'entreprise sont équipés de moteurs diesel, pour une raison simple : les professionnels ne payent pas de TVA sur le gasoil. L'idée serait donc qu'ils soient également exonérés de TVA sur l'essence, qu'ils ne choisissent plus leur véhicule en fonction des ristournes fiscales mais en fonction de leur besoin.

Aujourd'hui, selon l'écologiste, un moteur à essence peut se révéler tout à fait rentable pour une entreprise, qui roule surtout en ville et fait moins de 18.000 kilomètres par an par exemple. "Moi j'essaierais de faire le pas, sans aucun doute", reconnait Jean Marc Desmet, menuisier à Beaune, en Côte d'Or. Mais il ajoute également : "le souci que nous avons est que la crise nous fait garder nos vieux véhicules encore et encore, même si dans l'entreprise reste un véhicule de plus de 10 ans qui devrait être changé. Mon cœur se tourne vers l'essence mais les finances ne nous le permettent pas".

… Taxer davantage les vieux véhicules de fonction. Un autre amendement prévoit également de renforcer la taxe payée par les entreprises sur les véhicules personnels (les voitures des commerciaux, des chefs de chantiers ou de certains cadres par exemple). L'idée, dans ce cas-là, serait  de changer le barème  pour qu'elle pèse d'avantage sur les vieux diesels. A Bercy, rien n'a été tranché mais le ministère reconnaît bien réfléchir à une évolution de la fiscalité sur le diesel dans les entreprises.