En 2015, les collectivités locales à la diète

  • A
  • A
En 2015, les collectivités locales à la diète
@ maxppp
Partagez sur :

ÉCONOMIE - L’Etat a confirmé que les collectivités locales recevront 3,7 milliards d’euros en moins en 2015. 

Une cure bien sévère, voilà ce qui attend les collectivités territoriales en 2015. Mardi, le gouvernement a confirmé que les dotations de l’Etat baisseront de 3,7 milliards d’euros. "L'enveloppe" qui regroupe les principaux concours aux collectivités, va ainsi "passer de 56,84 milliards d'euros en 2014 à 53,17 l'an prochain", soit "une réduction de 6,5%", a précisé à la presse André Laignel, président du Comité des finances locales (CFL), après une réunion avec le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert.

>> LIRE AUSSI - Halte à la désertification de nos villages

11 milliards d’économies d’ici 2017. C’est depuis juillet que le gouvernement envisageait cette baisse de 3,7 milliards d’euros. En avril, Manuel Valls, le Premier ministre, avait annoncé que l’Etat ferait d’ici 2017 11 milliards d’économies sur ses aides aux collectivités locales. 

Les maires lancent un "cri d’alarme". L’Association des maires de France parle dans un communiqué d’ "un prélèvement incohérent, arbitraire et insupportable". Elle ajoute que "les collectivités n'ont pas de ‘trésor caché’ sur lequel on peut prélever sans dommage". Elle souligne aussi un risque pris par le gouvernement car "un des points forts du pays, ce sont les infrastructures financées en majeure partie par les collectivités locales. Ne plus les développer, ni même assurer leur entretien, c'est se priver d'atouts dans la compétition internationale".

>> LIRE AUSSI - Le budget, ce casse-tête des communes

Le coup de gueule d’un édile. "Ça représentera une baisse des crédits d’investissements de 30% en 2015", calcule André Laignel, maire d’Issoudun et vice-président délégué de l’association des maires de France. Invité sur Europe 1, l’édile a expliqué que pour "la rénovation d’un équipement, la maison de l’enfance … on attendra que les moyens financiers nous le permettent". 

Réduire le personnel n’est pas, pour lui, une solution : "Je peux réduire les frais de personnels à la crèche à domicile par exemple, mais ça veut dire que moins d’enfants seront reçus. Ou je peux les réduire dans les gymnases mais ça veut dire que je serai obliger d’en fermer". Il a ajouté qu’une mairie "n’a pas du personnel pour avoir du personnel. On a du personnel pour répondre à un certain nombre de besoins qui sont inhérents à la préservation d’une vie collective de qualité".

>> LIRE AUSSI - Les communes modèles en matière énergétique