Electroménager : les gros rabais sur Internet ne sont pas forcément de bonnes affaires

  • A
  • A
Partagez sur :

Les réductions alléchantes proposées par les sites de vente en ligne sur les produits d'électroménager ne sont pas forcément d'aussi bonnes affaires qu'elles peuvent le laisser croire. C'est ce que révèle une étude de l'UFC-Que Choisir.

Rabais impressionnants, bannières "bonnes affaires" omniprésentes… Les sites d'e-commerce en sont remplis. Mais à l'approche de Noël, un point s'impose sur ce qui peut se révéler être un achat intéressant ou une publicité mensongère. Auteur d'une étude sur les fausses promotions sur Internet, Olivier Andrault, chargé de mission à l'UFC-Que Choisir distingue le vrai du faux.

10 sites analysés. L'association de consommateurs a analysé 966 promotions, "soit la totalité des rabais promotionnels de 10 sites de commerce sur Internet (Auchan, Boulanger, But, Carrefour, Conforama, Connexion, Fnac, Mistergooddeal, Topachat et Webdistr)", pour trois familles de gros électroménager : lave-linge, réfrigérateurs et téléviseurs. Elle a noté que le prix de référence à partir duquel est calculé le montant de la promotion est, dans plus de 4 cas sur 5, d'une origine assez floue.

Des rabais tronqués. "En ce qui concerne le rabais moyen pour une télévision, il est de l'ordre de -20%. Mais on a calculé le prix annoncé par rapport à la moyenne du prix pratiqué par le commerçant sur les quatre derniers mois. Et là, le rabais réel calculé selon notre méthode ne s'élève qu'à -5%", informe Olivier Andrault. "Pour les machines à laver et les réfrigérateurs (…) Là, le rabais moyen se situe entre -2 et -1%."

Trompeurs mais légaux. Jusqu'en mars dernier, la législation française prévoyait que le prix utilisé pour calculer le montant des rabais soit obligatoirement le prix le plus bas pratiqué par le commerçant durant les 30 jours précédant l'ouverture des promotions. "Mais Bruxelles a tapé du poing sur la table", explique l'auteur de l'étude. Cette réglementation a donc été abrogée à la demande des autorités européennes, conduisant beaucoup de commerçants à prendre les prix de référence qui leurs conviennent le mieux, sans justifier de l'origine de ces montants.

Comparer. Pour tenter d'éviter ces rabais trompeurs, le chargé de mission à l'UFC-Que Choisir incite les consommateurs à comparer. "Il faut utiliser cette facilité qu'il y a sur Internet en allant sur des sites comparateurs", conseille Olivier Andrault, "sans oublier de les multiplier, eux-aussi". "Ils vont vous donner la valeur intrinsèque du produit tout en intégrant la qualité des services." Malgré ces révélations, Olivier Andrault tient malgré tout à rassurer les consommateurs, notamment sur la qualité des produits proposés. "Il y a quand même des tas de bonnes affaires sur Internet", conclut l'expert.