EDF veut "décaler" le démantèlement de réacteurs nucléaires

  • A
  • A
EDF veut "décaler" le démantèlement de réacteurs nucléaires
Selon les dispositions législatives en vigueur, les opérations de démantèlement doivent être "mises en oeuvre dans un délai aussi court que possible".@ GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :

Le fournisseur d’électricité souhaite démanteler les réacteurs concernés les uns après les autres, pour bénéficier d'un retour d'expérience, or la loi lui demande d'agir "dans un délai aussi court que possible". 

EDF a une nouvelle stratégie qui conduira à "décaler de plusieurs décennies le démantèlement de certains réacteurs" à l'arrêt, a annoncé jeudi, l'Autorité de sûreté nucléaire" (ASN) qui demande à l'électricien de "justifier de manière détaillée ce changement".

Nouvelle stratégie. "Cette nouvelle stratégie conduit à décaler de plusieurs décennies le démantèlement de certains réacteurs au regard de la stratégie affichée par EDF en 2001 et mise à jour en 2013", indique l'ASN dans un communiqué. L'ASN "a demandé à EDF de rendre public et de justifier de manière détaillée ce changement, en démontrant le respect des exigences législatives relatives au 'démantèlement dans un délai aussi court que possible' de l'ensemble de ses réacteurs". C'est lors d'une audition datée du 29 mars 2016 qu'EDF a informé l'ASN qu'elle retenait une nouvelle stratégie de démantèlement. Selon l'ASN, "celle-ci modifie significativement la méthode, le rythme des démantèlements et les scénarios associés".

Retour d'expérience. EDF a présenté "sa volonté de mener à bien le démantèlement complet d'un réacteur avant de commencer le démantèlement des autres réacteurs, dans le but de bénéficier du retour d'expérience associé", relève l'ASN. Or, selon les dispositions législatives en vigueur, les opérations de démantèlement doivent être "mises en oeuvre dans un délai aussi court que possible". L'Autorité de sûreté nucléaire a également "demandé à EDF de présenter un programme détaillé d'avancement pour les quinze prochaines années". Les réacteurs concernés, arrêtés depuis plus d'une trentaine d'années, sont implantés sur les sites de Saint-Laurent-des Eaux (Loir-et-Cher), Chinon (Indre-et-Loire) et Bugey (Ain).