Écotaxe : la FNSEA écrit aux députés

  • A
  • A
Écotaxe : la FNSEA écrit aux députés
Dans une lettre envoyée à tous les parlementaires que s'est procurée Europe1, la FNSEA en remet une couche contre l'écotaxe.@ Europe1
Partagez sur :

DOCUMENT E1 - Le syndicat agricole a transmis une lettre pour convaincre les élus des méfaits de la mesure.

La colère. Dans une lettre envoyée à tous les députés, que s'est procurée Europe1, la FNSEA en remet une couche contre l'écotaxe. Le syndicat agricole majoritaire tente de sensibiliser la classe politique contre cette mesure visant à ponctionner les poids-lourds de 3,5 tonnes, circulant sur les routes nationales non payantes. Pénalisant le transport de toutes les marchandises, et donc d'animaux, vivants et morts, d'engrais et autre alimentation animale, elle cristallise la colère de tout le secteur. Mardi, des dizaines d'agriculteurs ont ainsi manifesté partout dans l'Hexagone, multipliant les actions de démantèlement de portiques écotaxe et les opérations escargots.

La lettre. "Certaines de nos filières vont être taxées successivement 5 à 6 fois lors des processus de production, de transformation et de mise sur le marché", regrette la FNSEA dans sa lettre envoyée aux élus nationaux. "L'écotaxe se traduira par un alourdissement du coût du travail supporté par les agriculteurs et les entreprises en milieu rural, venant pénaliser de nombreux secteurs en situation difficile", dénonce le syndicat. Et de conclure : "nous vous demandons de bien vouloir intervenir pour que la mise en place de cette écotaxe soit ajournée".

 

La position de l'exécutif. Le Premier ministre travaille actuellement à une "mise en œuvre sans difficultés et complexités supplémentaires" de la mesure, selon les déclarations de mercredi de la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. "Nous avons hérité d'un système qui se voulait vertueux et qui est complexe à mettre en œuvre", a-t-elle déclaré sans plus de précision à l'issu du Conseil des ministres. Selon les informations d’Europe1, l'exécutif réfléchit à des mesures de compensations pour les éleveurs bretons, les plus touchés par l'écotaxe en raison de l'absence d'autoroutes sur leur territoire.