Ecomouv : pas de reclassement pour les anciens salariés

  • A
  • A
Ecomouv : pas de reclassement pour les anciens salariés
L'entreprise Ecomouv devait s'occuper de la gestion des portiques ecotaxe, finalement abandonnées par le gouvernement.@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

EMPLOI - L'entreprise Arvato a échoué à emporter l'appel d'offre qui devait lui permettre de reclasser les anciens d'Ecomouv.

Le dossier Ecomouv connaît une nouvelle désillusion. Il n'y aura en effet pas de créations de postes pour venir en aides des anciens salariés. Le président de la République avait parlé de 150 postes qui leur seraient réservés. Plus concrètement, ils devaient être reclassés sur une plate-forme de Pôle emploi près de Metz. Mais la bonne nouvelle s’est avérée être une chimère, d'après le magazine En-Contact.

Une annonce prématurée. Le président François Hollande aurait parlé trop vite. Trois jours avant la fin de l’appel d’offre, il avait en effet promis des postes au sein de la future plate-forme de Pôle emploi. Mais au final, la société Arvato, qui devait accueillir les anciens d'Ecomouv, n'a pas remporté l'appel d'offre. Et les deux autres sociétés qui ont emporté le marché ne nourrissent pas les mêmes ambitions.

"Une promesse non tenue". C'est un raté de plus dans cette saga Ecomouv, selon Jacques Stirn, responsable CFDT en Lorraine. "Encore une fois, une promesse non tenue et c'est vrai que l'annonce de ces postes allait dans la bon sens", explique-t-il au micro d'Europe 1. Mais "cette annonce s'est faire alors que l'appel d'offre n'était pas clos, donc, résultats des courses, l'entreprise qui était annoncé au départ n'a pas été retenue", déplore-t-il.

Faire pression pour une poignée d'emploi. Il reste cependant une petite possibilité pour les anciens salariés d’Ecomouv. Ils peuvent essayer de récupérer quelques postes en faisant pression sur l’une des deux sociétés afin de lui faire ouvrir une antenne près de Metz. Dans tous les cas, toutefois, ce sera une victoire amère selon les sydicats. Aujourd’hui, en Moselle, moins de 20% des 160 salariés d’Ecomouv ont retrouvé un travail.