Dreux : Philips confirme la fermeture

  • A
  • A
Dreux : Philips confirme la fermeture
@ MaxPPP
Partagez sur :

"Il n'y aura plus d'emplois à Dreux prochainement", a déclaré le président de Philips France.

Malgré la volonté des salariés, la fermeture de l’usine de Dreux aura bien lieu. C’est ce qu’a confirmé vendredi le président de Philips France, Joël Karecki : "Il n'y aura plus d'emplois Philips à Dreux prochainement".

"Les lignes de Dreux ne fabriqueront plus de téléviseurs et il n'y a pas d'autres produits Philips de prévus parce qu'il n'y a pas d'autres produits Philips utilisant ce type de technologie", a déclaré Joël Karecki, qui a reconnu "un certain nombre de problèmes de communication" qui ont été "difficiles à vivre par les salariés".

"L'obligation que l'on a eue de proposer les jobs en Hongrie à 450 euros, qui est une obligation légale pour une entreprise internationale comme la nôtre, est quelque chose de dramatique en terme d'impact", a-t-il reconnu.

Les portes du site ont rouvert

Les salariés dénoncent depuis plusieurs jours les conditions de fermeture du site : les 212 salariés de l'usine ont reçu samedi une simple lettre les invitant à ne plus se rendre à leur poste de travail, sans leur notifier leur licenciement. Ils ont ensuite trouvé portes closes lundi, la production ayant été arrêtée.

Depuis vendredi matin, les grilles de l’usine sont à nouveau ouvertes. Les salariés ont donc accès au site, mais ne travaillent pas, Philips ayant refusé de relancer la chaine de production.

"Les gens sont contents d'avoir retrouvé leur poste de travail, c'est ce qu'on demandait et on a eu gain de cause, l'ambiance est calme, on attend la décision du tribunal de Chartres cet après-midi", a déclaré Jean-Amar Arrar, délégué central FO.

Des salariés mobilisés

Les syndicats et les élus du personnels ont saisi la justice en référé pour faire reconnaître le "lock-out du site" et "l'absence d'avis du comité d'établissement et du comité central d'entreprise" sur le plan social. La décision du Tribunal de grande instance de Chartres est attendue vendredi après-midi.

Depuis le mois d'octobre, le personnel sait que la direction veut fermer le site d'assemblage de téléviseurs à écran plasma, qui a déjà perdu 350 emplois en 2005 et 279 en 2008, en raison de pertes importantes, qui s’élevaient à 413 millions d'euros en 2008.