Diesel : Renault "totalement déterminé à collaborer" sur le dossier des émissions polluantes

  • A
  • A
Diesel : Renault "totalement déterminé à collaborer" sur le dossier des émissions polluantes
Le constructeur français est "totalement déterminé à collaborer" sur les émissions polluantes des moteurs diesel@ AFP
Partagez sur :

Après les scandales autour des moteurs diesel, Renault est "totalement déterminé à collaborer" sur le dossier des émissions polluantes.

Un an après le dieselgate provoqué par Volkswagen, le constructeur français Renault est "totalement déterminé à collaborer" sur le dossier des émissions polluantes des voitures diesel, à l'occasion du Mondial de l'automobile

Le souci de "rétablir la confiance" des consommateurs. "Je suis totalement déterminé à collaborer à tous les niveaux" et "prêt à ouvrir tout", y compris les logiciels de gestion des moteurs comme l'a réclamé la Commission d'enquête menée par la ministre de l'Ecologie, a déclaré Carlos Ghosn. Le dirigeant de la marque au Losange a fait valoir qu'il n'existe "pas de règles officielles" sur les émissions de diesel et a estimé qu'il appartenait non pas à l'industrie automobile de les définir mais "seulement au gouvernement ou la Commission européenne" dans un souci de "rétablir la confiance" des consommateurs.

Les patrons de Renault et Daimler côte à côte. "Je ne crois pas que l'industrie automobile puisse dire ce qui est acceptable ou pas", a-t-il déclaré, soulignant que "la plupart des pays [où sont menées des enquêtes] disent qu'ils ne trichent pas". À ses côtés, le patron de Daimler, dont la marque Mercedes utilise des moteurs diesel Renault, Dieter Zetsche, a assuré qu'il ne se sentait "pas pris au piège" alors que l'enquête de la Commission présidée par Ségolène Royal, mise en place après le scandale des moteurs diesel truqués chez le constructeur allemand Volkswagen, suit son cours. "Nous sommes également d'accord pour améliorer au maximum nos logiciels en vue d'atteindre la performance que les clients continuent de réclamer", a déclaré Dieter Zetsche.

La commission d'enquête va approfondir ses conclusions. La commission mise en place à l'automne 2015 pour enquêter sur les émissions polluantes des voitures diesel n'a pas exclu fin juillet que d'autres constructeurs recourent à des logiciels "tricheurs". Elle va poursuivre ses travaux et mener des "tests complémentaires" pour approfondir ses conclusions, a annoncé la semaine dernière Ségolène Royal. La ministre a démenti en août des informations de presse faisant état de l'existence d'omissions dans le rapport de la commission d'enquête, destinées à protéger le constructeur français Renault.