Démission rime avec millions chez AIG

  • A
  • A
Démission rime avec millions chez AIG
Partagez sur :

La directrice juridique de l’assureur AIG va empocher des millions de dollars d'indemnités de départ.

Se limiter à 500.000 dollars (348.600 euros) par an ou partir. Anastasia Kelly, directrice juridique de l’assureur AIG a préféré la seconde option : elle n’a pas accepté de revoir à la baisse son salaire et devrait empocher des millions de dollars d’indemnité de départ, selon les informations parues mardi dans le Wall Street Journal.

L’assureur américain AIG a été aidé par le gouvernement américain, un soutien qui oblige depuis octobre dernier les sept entreprises les plus renflouées à limiter la rémunération de leurs dirigeants. Mais cette réforme n’est pas acceptée par tous les cadres du secteur, à l’instar d’Anastasia Kelly.

Le directeur général de l'assureur AIG, Robert Benmosche, avait déjà dénoncé cette limitation en novembre, se déclarant "profondément frustré". Au total, cinq dirigeants d’AIG avaient menacé de partir début décembre à cause de cette nouvelle réglementation des rémunérations. Si les quatre autres dirigeants ont renoncé à démissionner, elle directrice juridique n’a pas hésité.

Mais en partant, Anastasia Kelly est assurée d’empocher des millions de dollars d’indemnité, une décision qui relance la polémique sur la rémunération des dirigeants de grandes entreprises aidés par l’Etat. Elle profite en effet de la politique de départ mise en place par AIG, qui stipule que certains cadres peuvent partir avec des indemnités si leur salaire est revu à la baisse. Cette directrice juridique conseillait ses collègues sur les actions qu'ils pouvaient intenter pour protéger leurs rémunérations. Elle a donc décidé de mettre en application ses conseils et devrait empocher des millions de dollars d'indemnités de départ.

L'assureur, nationalisé à 80% et sauvé de la faillite grâce à des aides fédérales s'élevant à 180 milliards de dollars, avait déjà fait scandale en mars en versant 165 millions de dollars en primes à certains de ses cadres. Ce nouvel épisode ne devrait pas passer inaperçu, AIG a pour l’instant refusé de commenter cette information.