Déficits : les ministères vont devoir se serrer la ceinture

  • A
  • A
Déficits : les ministères vont devoir se serrer la ceinture
@ REUTERS
Partagez sur :

INFO E1 - Matignon a envoyé cette semaine une lettre de cadrage précisant à chacun les économies supplémentaires à réaliser.

L’info. L’Etat est bien en train de réduire ses déficits mais, en raison d’une croissance moins élevée que prévu, Bercy a engrangé moins de recettes qu’il ne l’espérait. Résultat, il manque 2,7 milliards d’euros pour boucler le budget 2014. Le Premier ministre a donc envoyé jeudi une lettre de cadrage aux différents ministères, un courrier qui précise l’effort budgétaire supplémentaire qu’ils devront consentir. Europe 1 s’est procuré ce document et vous en présente les grandes lignes.

Une lettre de cadrage aux "objectifs ambitieux". En préambule, rappelons qu’une "lettre de méthode", plus communément appelé "lettre de cadrage", est un document que le Premier ministre envoie chaque année à ses ministres pour leur indiquer les grandes lignes de la politique économique et budgétaire à venir. Avec une conséquence concrète pour chacun : devront-ils se serrer la ceinture ?

17.01.Bandeau.Gouvernement.Ayrault.ministres.Reuters.930.220

© REUTERS

Cette année, ce sera encore le cas : puisqu’il est exclu d’augmenter à nouveau les impôts, Matignon rappelle à chacun que pour réduire les déficits, c’est dans les dépenses des ministères qu’il va falloir tailler. Et Matignon ne le cache pas, "ces objectifs sont ambitieux et exigeants" puisqu’il s’agit de réduire les dépenses de 50 milliards d’ici 2017.

17.01.Extrait.lettre.cadrage1.E1.460.80

© EUROPE1

moscovici et cazeneuve

Les ministres placés en première ligne. Alors qu’habituellement, c’est à Bercy qu’il revient de préciser où tailler dans les dépenses, Matignon a cette année décidé de responsabiliser ses ministres. Notamment pour éviter de les voir se plaindre dans les médias des coupes budgétaires que leur impose Bercy.

Cette fois, Jean-Marc Ayrault demande à ses ministres de monter en première ligne, de proposer eux-mêmes leur plan d'économies et d'assumer ensuite. "Je vous demande de vous engager personnellement dans ce travail", écrit le Premier ministre, qui attend "une plus grande responsabilisation de chaque ministère". "Je compte sur votre totale mobilisation", conclut-il. Bercy ne fera qu'entériner les décisions prises par chaque ministère, en plus de son rôle de conseil.

Tout le monde est concerné. Preuve que la réduction du Budget est désormais prioritaire, Matignon précise également que l’effort sera supporté par tous : tous les ministères, mais aussi tous les échelons administratifs : agences nationales, collectivités territoriales, etc.
>> A lire aussi : Hollande annonce la création d'un "conseil stratégique de la dépense publique"

17.01.Extrait.lettre.cadrage2.E1.460.100

© REUTERS

22.02.UE.commission.Europe.Barroso.Reuters.930.620

© REUTERS

Un agenda plus serré que d’habitude. Le gouvernement accélère également le tempo puisqu’il est précisé dans le document que les arbitrages devront être bouclés en avril, soit avec trois mois d’avance par rapport à d’habitude. Pile poil au moment où la Commission européenne étudiera notre budget pour juger notre détermination à réduire les déficits.