Dailymotion : Montebourg en a-t-il trop fait ?

  • A
  • A
Dailymotion : Montebourg en a-t-il trop fait ?
Les critiques fusent sur Arnaud Montebourg. Le patron de France Télécom/Orange, Stéphane Richard, a ainsi regretté jeudi l'échec des négociations avec Yahoo!, qu'il considérait comme un potentiel allié de poids pour Dailymotion@ Reuters
Partagez sur :

Le ministre est critiqué pour son intervention dans le rachat du site par Yahoo!. À raison ?

Le rachat raté. "Yahoo! veut dévorer Dailymotion. Nous leur avons dit non". Contacté mercredi par Europe1, Arnaud Montebourg a confirmé l'intervention de l'Etat - et notamment la sienne - dans la tentative de rachat du site français de vidéos par le géant américain. Yahoo! négociait depuis plusieurs mois une entrée à 75% dans le capital de Dailymotion, possédé à 100% par Orange, dont l'Etat est actionnaire à 27%. Mais le ministre du Redressement productif, "en relation avec Pierre Moscovici", a fait savoir qu'il refusait catégoriquement une entrée à plus de 50% dans le capital du site français. Devant l'insistance de Bercy, Yahoo! a finalement jeté l'éponge.

>>> L'exécutif a ainsi fait comprendre que son accord était nécessaire pour obtenir la main de Dailymotion. Mais en faisant cela, l’État est-il vraiment son rôle ?

Les regrets du patron d'Orange... et de Fleur Pellerin ? Le patron de France Télécom/Orange, Stéphane Richard, a regretté jeudi l'échec des négociations avec Yahoo!, qu'il considérait comme un potentiel allié de poids pour "le développement de Dailymotion hors d'Europe". Dans une interview au journal Les Echos, il a tenu a réaffirmer l'indépendance de son groupe. "Dailymotion est une filiale d'Orange et non de l’État. C'est le groupe, sa direction et son conseil d'administration qui gèrent ce dossier", a-t-il déclaré. "J'avais pourtant refusé que Yahoo! dispose d'une option pour acheter la totalité du capital de Dailymotion, et nous étions sur le point de trouver un arrangement", a déploré le patron de France Télécom. Mêmes regrets, semble-t-il, du côté de Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Économie numérique. D'après une "source proche" citée par France Info, la ministre aurait trouvé "hallucinante l'attitude de l'ingérable Arnaud Montebourg, capable de faire capoter un partenariat d'une telle importance". Fleur Pellerin aurait par ailleurs repris le dossier en main pour "recoller les morceaux", selon le quotidien Les Echos.
11.07.Telecom.Orange.Richard.930.620

© REUTERS

Une mauvaise image de la France… Stéphane Richard n'est pas le seul à critiquer l'interventionnisme de Bercy. "L'échec de la vente de Dailymotion risque d'endommager l'image de la France auprès des investisseurs étrangers", raille ainsi le très libéral Wall Street Journal, qui n'est pas tendre avec le "gouvernement socialiste" et notamment Arnaud Montebourg. "Certaines entreprises se plaignent déjà de son approche musclée. L'an dernier, M. Montebourg, connu pour son sparring (terme anglais désignant une forme d'entrainement aux… arts martiaux NDLR.) avec certains dirigeants, avait déjà décrit la politique du gouvernement comme 'la fin du laissez-faire'."

>> Pour les détails du projet de l’État, lire : "Bercy, maman poule de Dailymotion"

… Ou un judicieux choix stratégique ? Toutefois, Arnaud Montebourg n'a pas forcément fait le mauvais choix en ne laissant pas s'échapper sa "pépite" Dailymotion, pour reprendre son propre terme. "Il est dans son rôle. Ca n'a d'ailleurs rien d'exceptionnel et c'est même déjà arrivé de voir des ministres intervenir pour bloquer des rachats", souligne ainsi l'éditorialiste d'Europe1, Axel de Tarlé. "Dans le gouvernement Villepin, tout le monde était mobilisé pour empêcher Pepsi Cola de racheter Danone. Et aujourd'hui, tout le monde regrette qu'on n'ait pas empêché les Canadiens de racheter Pechiney, notre champion de l'aluminium, qui a été démantelé par la suite", argumente notre spécialiste.

>>> Pour Axel de Tarlé, la vraie question est: "pourquoi toutes nos pépites internet sont systématiquement rachetées par des géants étrangers ?" :  

 

Selon Axel de Tarlé, "quand une entreprise est stratégique, l'Etat peut et même doit intervenir. C'est le cas pour Dailymotion, car c'est internet, c'est l'avenir. De plus sur le plan capitalistique, Dailymotion est détenu par Orange, donc par France Télécom et donc à 27% par l'Etat. Dailymotion, c'est donc un peu l'Etat français. Il est donc dans son rôle."

>> Et vous, qu'en pensez-vous ?