Compétitivité : la recette de Montebourg

  • A
  • A
Compétitivité : la recette de Montebourg
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le ministre suggère de réduire les charges sociales patronales de 20 milliards d’euros.

Arnaud Montebourg veut faire entendre sa voix alors que débute lundi une semaine cruciale dans le débat sur la compétitivité. Dans un "memorandum" dont Les Echos publie des extraits, le ministre du Redressement productif suggère de réduire les charges sociales patronales de 20 milliards d’euros pour les entreprises qui investissent dans de "nouveaux produits ou processus". Un dispositif "donnant-donnant" selon le ministre.

L’allègement de charges porterait sur les salaires concernés compris entre 1,6 et 2,5 fois le SMIC, soit de 2.281 à 3.465 euros bruts par mois, calcule le quotidien économique. 3,1 millions de salariés, soit un sur cinq, seraient ainsi concernés, dont  "1 million environ travaillent dans l'industrie", selon le document. 

Pour le ministre du Redressement productif, ce dispositif entraînerait "une hausse massive de l'investissement dans les entreprises" et permettrait de créer "plusieurs centaines de milliers d'emplois".

19 milliards de nouveaux prélèvements

Comment compenser le manque à gagner pour la Sécurité sociale ?  Par une série de nouveaux prélèvements listée par le ministre. "Les secteurs protégés de l'économie" comme "la restauration, le secteur bancaire et l'immobilier" seraient ainsi mis à contribution. Arnaud Montebourg propose aussi "une baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales", des prélèvements accrus sur "les retraités les plus fortunés", une "plus grande progressivité des allocations familiales" grâce à leur "fiscalisation". Enfin, une "taxe carbone aux frontières" ou une mise en enchère des quotas d'émission de CO2 pourraient voir le jour.

Ces nouveaux prélèvements pourraient rapporter 19 milliards d’euros selon le ministère. Ils doivent cependant être mis en place progressivement, prévient le ministre, "sur deux ou trois ans afin de ne pas augmenter brutalement la fiscalité sur les entreprises et les ménages concernés".

Les propositions d’Arnaud Montebourg devraient être « soumises à l'arbitrage du gouvernement ». Celui-ci recevra lundi le très attendu rapport Gallois sur le sujet. François Hollande a promis de prendre, dans la foulée, des « décisions (…) dans tous les domaines de la compétitivité" qui fixeront "la donne" pour l'ensemble du quinquennat.

>> LIRE AUSSI : Hollande veut un "pacte" de compétitivité