Comment sortir de la zone euro?

  • A
  • A
Comment sortir de la zone euro?
@ Maxppp
Partagez sur :

DECRYPTAGE - Un pays peut-il sortir de la zone euro ? Qui en décide ? Europe1.fr fait le point

La situation de la Grèce remet en cause le dogme d'une zone euro indivisible. Europe1.fr vous donne les clés pour comprendre les tenants et les aboutissants d'une sortie de la zone euro.

Existe-t-il une procédure légale pour sortir de la zone euro ? Non. Rien n'est pour l'instant prévu sur la question. L'article 50 du Traité de Lisbonne encadre bien les conditions de sortie d'un pays de l'Union européenne. Mais rien n'existe concernant la zone euro. Si un tel cas devait se présenter, le Conseil européen serait alors contraint de trouver dans l'urgence une solution juridique à ce problème.

Un Etat peut-il alors quitter la zone euro ? Un Etat peut toujours décider de sortir de l'Union européenne, ce qui entraînerait également sa sortie de la zone euro. "Le traité ne prévoit pas de sortie de la zone euro sans sortie de l'UE", a confirmé jeudi une porte-parole de la Commission européenne.

Peut-on exclure un pays de la zone euro ? Non. Les traités européens ne permettent pas en l'état d'exclure un pays de la zone euro. La sortie ne peut être le fait que de la volonté d'un Etat.

Peut-on sortir de la zone euro pour rester dans l'Union européenne ? Cela semble très compliqué. Tous les pays membres de l'Europe ont en effet vocation à faire partie de la zone euro à partir du moment où ils remplissent les critères de convergence ou "critères de Maastricht". Des dérogations ont néanmoins été accordées sur ce sujet au Royaume-Uni et au Danemark. Ces deux pays n'ont pas l'obligation d'adhérer à terme à l'euro. C'est donc possible.

Quelle monnaie devrait adopter l'Etat ? Il devrait en premier lieu revenir à sa monnaie nationale : la drachme dans le cas de la Grèce, la peseta pour l'Espagne, la lire pour l'Italie, etc. La valeur de cette "nouvelle" monnaie serait immédiatement ajustée en fonction de la solidité économique du pays. Pour les Etats les plus fragiles, leur monnaie serait fortement dévaluée, autrement dit elle perdrait beaucoup de valeur par rapport à l'euro.

Quelles seraient les conséquences pour l'Etat ? Les dettes des Etats ont été contractées en euro. Il faudrait donc les rembourser dans la monnaie unique. Or, comme la nouvelle monnaie adoptée serait vite dévaluée par rapport à l'euro, le montant de la dette exploserait. L'Etat peut aussi décider de ne plus honorer ses dettes. Il serait alors quasiment impossible pour le pays de réemprunter sur les marchés pendant plusieurs années voire plusieurs décennies.

Les ménages et les entreprises doivent également rembourser leurs dettes en euro. Ils seraient rapidement pris à la gorge. Sans compter que pendant la transition entre les deux monnaies, tout le monde se précipiterait pour retirer ses économies en euro à la banque. Les capitaux fuiraient le pays.

Est-ce que cela peut être bon pour l'économie nationale ? L'affaiblissement de la nouvelle monnaie (dans le cas des pays fragiles de la zone) boosterait dans un premier temps la compétitivité du pays et donc les exportations. La croissance économique pourrait repartir. Cependant, cela n'est viable que si le pays devient structurellement exportateur avec une balance commerciale positive. Car tout ce qui sera importé (comme le pétrole, la nourriture, les produits venant de Chine) coûtera beaucoup plus cher, ce qui provoquera une flambée des prix et, in fine, une baisse de la compétitivité. C'est a priori ce dernier scénario qui est le plus probable en Grèce si Athènes décide de sortir de la zone euro.

Quelles seraient les conséquences pour la zone euro ? Ce serait une première fissure dans le bloc européen. Une brèche dont pourrait se servir les eurosceptiques pour renégocier les traités européens. D'autres pays pourraient être tentés de suivre le même chemin et d'abandonner la monnaie unique. Cela renforcerait le développement d'une Europe à deux vitesses. La zone euro se recentrerait a priori sur un noyau dur souhaitant plus de fédéralisation. Ou alors, la zone euro volerait totalement en éclat et la monnaie unique serait abandonnée, ce qui est peu probable.