Chômage : l'augmentation enrayée ?

  • A
  • A
Chômage : l'augmentation enrayée ?
@ Reuters
Partagez sur :

Après trois mois de forte hausse, le nombre de chômeurs en catégorie A a baissé de 0,1%.

Xavier Bertrand s’était montré très optimiste lundi matin sur Canal +, "sûr" que les "efforts" du gouvernement pour lutter contre le chômage allaient donner des "résultats". Au final, le nombre des demandeurs d’emploi s'est stabilisé en août, après trois mois de forte hausse consécutifs, selon les chiffres publiés lundi par le ministère du Travail et Pôle emploi. Le ministre a récidivé après la publication de ces chiffres, vantant dans un communiqué une "évolution positive" sur le front de l'emploi "malgré un net ralentissement de la croissance depuis plusieurs mois".

- 0,1% de chômeurs en catégorie A

Ainsi, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, ceux n'ayant exercé aucune activité au cours du mois, de 2.754.500 en France métropolitaine fin août, diminue de 0,1% par rapport à juillet. Mais sur un an, ce nombre est en hausse de 2,3%. En août, le nombre de ceux de catégorie B, qui ont travaillé quelques heures, augmente de 2,9 % (+ 7,2 % sur un an) et le nombre de ceux de catégorie C s’accroît de 0,7 % (+ 9,5 % sur un an).

Au total, toutes catégories confondues, le nombre des demandeurs d’emplois augmente de 0,5% en août, par rapport à juillet. Mais sur un an, il bondit tout de même de 4,3%, pour s’établir à 4.412.700 en France, en comptant les DOM.

Le nombre de chômeurs de longue durée, inscrits sur les listes de Pôle emploi depuis plus d'un an, est également en hausse de 0,6% sur le mois et de 8,7% sur un an, touchant 1,581 millions de personnes.

En juillet, + 1,3% en catégorie A

Des chiffres qui viennent nuancer trois mois consécutifs de hausse. En juillet, le nombre de chômeurs en catégorie A avait augmenté de 1,3%. La hausse était de 0,7% pour ceux en catégorie B, et de 1,9% en catégorie C.

Parmi les "efforts" du gouvernement, Xavier Bertrand a notamment mis en avant le développement des contrats aidés et les mesures en faveur des jeunes et des métiers en tensions, se félicitant que "les secteurs qui recrutent puissent trouver les demandeurs d'emploi plus vite". Il a indiqué "poursuivre la mobilisation pour rapprocher, bassin d’emploi par bassin d’emploi, offres et demandes, notamment sur les métiers en tension", assurant que "cette méthode produit déjà des résultats". Xavier Bertrand a en effet choisi de souligner, dans son communiqué produit après la publication des chiffres du chômage, la baisse du nombre de jeunes demandeurs d'emploi, de "3,6% sur un an".

Mais le ministre du Travail n’a pas voulu paraître d’un optimisme excessif : "Ce serait quoi une bonne nouvelle ? Ce serait un effondrement du chômage", a-t-il précisé, en concédant que son objectif de passer sous la barre d'un chômage à 9% n'était pas "l'idéal". Et d’ajouter : "La bonne nouvelle c'est quand on sera au plein emploi en France dans quelques années".