Chômage : l'année 2012 commence mal
© MAXPPP

Le mois de janvier enregistre une nouvelle hausse des demandeurs d'emploi.

Pas de répit avec la nouvelle année. Le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A, à Pôle emploi en janvier 2012, s’établit à 2.861.700 soit 0,5% de plus (+13.400) par rapport à décembre 2011. C'est le neuvième mois de hausse de suite. Sur un an, le nombre de chômeurs enregistre une nette hausse : +6,2%.

Toutes catégories confondues (A, B et C), ce chiffre progresse également. Au total, la France comptabilise 4.258.200 chômeurs en France métropolitaine fin janvier, soit 4.800 chômeurs de plus qu’en décembre dernier (+0,1%). De janvier 2011 à janvier 2012, le chiffre a même progressé de 5,5%.

Quant au nombre de chômeurs en catégorie B et C, il diminue pour s'établir à 1.396.500 (-0,8% en catégorie B et -0,5% en catégorie C). C'est le signe que certains Français ont pu accéder à des emplois de courte durée.

Moins de jeunes et seniors chômeurs

Les moins de 25 ans sont de moins en moins nombreux au chômage. En janvier, leur nombre était en baisse de 0,6%. Ce chiffre progresse toutefois de 3,3% sur un an. Le nombre de chômeurs les plus âgés décroît également : -0,5% sur un mois. A noter toutefois, une énorme progression des 50 ans inscrits à Pôle emploi de janvier 2011 à 2012 : +15,2%. Ce sont les chômeurs âgés entre 25 et 49 ans qui progressent le plus en janvier : +1,1%. Ces demandeurs d'emploi ont bondi de 4,2% en un an.

En janvier, ce sont les hommes qui ont été les plus nombreux au chômage : +1%. Leur nombre a progressé de 5,4% sur un an. Le nombre de femmes chômeuses a baissé de 0,1% en janvier, mais le nombre a bondi de 7% de janvier 2011 à janvier 2012.

Le chômage de longue durée continue d'augmenter. Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B et C depuis un an ou plus progresse ainsi de 0,5% en janvier. Ce chiffre bondit même de 6,7% sur un an.

Une bonne nouvelle pour le ministre

Pour le ministre du Travail, Xavier Bertrand, ces chiffres sont positifs. Ils "montrent que nous avons réussi à freiner la progression du chômage. Il y a 13.400 demandeurs d’emploi en plus en janvier, c’est encore beaucoup trop, mais il ne faut pas oublier que les mois précédents on était à quasiment 30.000 demandeurs de plus chaque mois". Et de se réjouir : "on voit également que pour la première fois depuis le mois d’août, il y a moins de jeunes demandeurs d’emploi".

Le ministre voit en cette légère montée du chômage une conséquence des actions du gouvernement. "C’est dû, tout d’abord, au fait que les décisions qui ont été prises - voulues par président de la République -, que ce soit sur les contrats aidés, sur les entrées en formations, sur les premiers succès des formations en alternance, nous permettent d’obtenir déjà des résultats".

Et ça devrait durer...

Le nombre de chômeurs devrait continuer d'augmenter les mois suivants. Eric Heyer, de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), a estimé sur Europe 1 qu'"il faut s'attendre à ce que la dégradation continue. La raison principale c'est que la croissance ne sera pas au rendez-vous et qu'il n'y aura pas suffisamment de croissance pour que l'économie française crée suffisamment d'emploi pour absorber les nouveaux entrants nets sur le marché du travail".