Chômage : inversion de la courbe "trop peu, trop tard", pour la presse

  • A
  • A
Chômage : inversion de la courbe "trop peu, trop tard", pour la presse
Cette nouvelle baisse du chômage est inédite depuis le début de la crise de 2008@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

La baisse du nombre de chômeurs est saluée par la presse qui estime qu'elle bénéficiera à Manuel Valls dans le scrutin de la primaire de la gauche. 

L'annonce d'une baisse du nombre de chômeurs pour le troisième mois consécutif, une première depuis 2008, est saluée par la presse mardi qui estime pourtant que c'est "trop peu, trop tard".

Des mesures à maintenir. Cette première depuis le déclenchement de la grande crise économique en 2008 était attendue, mais ils sont malgré tout plusieurs à titrer que c'est "trop peu, trop tard", tel Olivier Auguste de L'Opinion, qui en déduit que "pour 2017 et les années suivantes, la voie est donc tracée : réaffirmer et amplifier la politique de l'offre qui porte ses premiers fruits, oser enfin une vraie réforme du droit du travail."

Sous le même titre, Jean-Louis Hervois de La Charente Libre se demande s'il faut "s'en remettre maintenant au remède de cheval du docteur [François] Fillon ou à l'entreprise de démolition de Marine Le Pen". Mais visiblement il en doute et conclut qu'un "peu de constance dans les politiques mises en oeuvre serait un gage d'efficacité, même si celui qui en est à l'origine [le président François Hollande] se retrouve aujourd'hui disqualifié."

Une bataille pas encore gagnée. Dans Le Figaro, Jacques-Olivier Martin juge que "la bataille contre le fléau du chômage n'est pas gagnée." Sa solution : "Tourner la page des mini-lois et des fausses promesses, en engageant de réelles réformes pour flexibiliser le droit du travail, baisser massivement la dépense publique, les charges et les impôts." De son côté, Étienne Lefebvre des Échos trouve que "la marche est encore très haute", mais reconnaît que "si le chef de l'État a commis trop d'erreurs pour afficher des résultats plus rapides, il a néanmoins montré la voie à suivre pour son successeur à l'Élysée".

Manuel Valls, le grand bénéficiaire. "La baisse confirmée du nombre de chômeurs est plutôt une bonne nouvelle pour Manuel Valls", soulignent plusieurs éditorialistes, parmi lesquels Bruno Mège (La Montagne Centre France), ou encore Olivier Pirot (La Nouvelle République du Centre-Ouest) qui assure que cette inversion de la courbe du chômage "ne pourra bénéficier qu'à un seul candidat de la primaire à gauche (...) Manuel Valls. Même si cet argument seul ne suffira pas à le faire gagner".

François Hollande aurait renoncé trop vite. Pour Bruno Dive de Sud-Ouest, "François Hollande pourra peut-être savourer un triomphe aussi tardif qu'amer avant la fin de son quinquennat."  "Voilà maintenant un président qui n'est candidat à rien, mais qui au final pourrait bien sortir victorieux de son improbable défi", semble croire également Jean-Claude Souléry, de La Dépêche du Midi.

Quant à Jean-Michel Helvig, de La République des Pyrénées, il plaindrait presque le président à qui "il ne sera rien épargné". "Après avoir été moqué pour la déculottée électorale promise s'il se représentait, il est daubé pour sa décision d'avoir renoncé trop tôt, alors même que l'inversion de la courbe du chômage est bien arrivée, mais comme les carabiniers. Trop tard."