Chanel n° 5 pas en odeur de sainteté à Bruxelles

  • A
  • A
Chanel n° 5 pas en odeur de sainteté à Bruxelles
@ MaxPPP
Partagez sur :

Des experts de l'UE mettent en garde contre les effets allergènes de certains parfums.  

Avance-t-on vers "la fin de parfums magnifiques" en Europe, comme le soutient la présidente de Chanel, Françoise Montenay, citée jeudi soir par Reuters? À l'origine de son inquiétude : une recommandation du Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (SCCS), rattaché à la Commission européenne.  Ce dernier a estimé entre 1% et 3% le nombre de personnes en Europe étant allergique ou potentiellement allergique aux ingrédients présents dans les parfums. Il recommande ainsi de restreindre la concentration de 12 ingrédients à 0,01% du produit fini.

Vers l'interdiction de Chanel n°5 et Dior Addict?

Sont concernés le citral présent dans les huiles de citron et de mandarine, la coumarine que l'on trouve dans les fèves des arbres tropicaux de Tonka, et l'eugénol, présent dans l'essence de rose. Le Comité propose même d'interdire tout simplement certains ingrédients , tels que les mousses d'arbres qui provoquent les notes boisées de certains célèbres parfums, comme Chanel n°5 ou encore Dior Addict.

Dior parfum bandeau

© MaxPPP

Mais le message ne passe pas du tout auprès de l'industrie des parfumeurs de luxe. Selon de nombreux producteurs, une législation aurait pour conséquence de modifier l'odeur des plus grands parfums, voire de restreindre l'offre de fragrances en limitant leur palette d'ingrédients.

"L'héritage culturel olfactif de l'Europe"

"Ces ingrédients sont l'épine dorsale d'environ 90% des parfums de luxe", prévient Pierre Sivac, président de l'Association internationale des parfums (IFRA). "Il est essentiel de préserver l'héritage culturel olfactif de l'Europe", avance également LVMH, propriétaire de Dior et Guerlain, dans un communiqué. "Tous les citoyens ont droit à la même protection", a pour sa part rétorqué le président du SCCS Ian White.

UE

© Reuters

De source industrielle, une proposition de loi pourrait être déposée en janvier 2014 mais la Commission n'a pas souhaité s'avancer sur une date. De même source, on indique que des associations professionnelles, comme l'IFRA et Cosmetics Europe, souhaitent déposer une proposition industrielle commune à la Commission d'ici la fin 2012.