CGT et FO unis pour un résultat mitigé

  • A
  • A
CGT et FO unis pour un résultat mitigé
Jean Claude Mailly et Bernard Thibault ont pris ensemble la tête du cortège parisien.@ MAXPPP
Partagez sur :

EN IMAGE - Les deux centrales appelaient à manifester contre l'accord du 11 janvier dernier.

Depuis la scission de 1947, jamais la CGT et Force Ouvrière n'avaient accepté de défiler côte à côte. Pour la première fois, mardi, les deux centrales syndicales ont défilé conjointement dans toute la France, contre l'accord sur l'emploi signé le 11 janvier par le Medef et les trois autres syndicats, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC.

Entre 10 et 30.000 personnes à Paris. Un appel qui n'aura pas trouvé beaucoup d'écho au sein de la population. Selon la CGT et FO, plus de 200.000 personnes ont manifesté dans l'ensemble du pays, dans 175 cortèges. Mais si les deux syndicats présentent l'opération comme un véritable succès, dans les faits, les cortèges étaient souvent de petite taille. A Paris, la police a ainsi dénombré 9.000 manifestants, et les centrales 30.000. A Marseille, les organisateurs ont revendiqué 25.000 manifestants, tandis que la police n'en a dénombré que 4.000. Et à Lyon, entre 2.300 et 7.000 personnes se sont rassemblées place Bellecourt.

>> A LIRE AUSSI : des milliers de manifestants dans la rue

"Quand on est d'accord, on ne se pose pas de question". "Pour autant que nos organisations n'aient pas l'habitude de manifester ensemble, dès lors que nous considérons que l'enjeu est beaucoup plus important que toutes les différences qu'on peut avoir sur un certain nombre de sujets, il était nécessaire d'unir nos forces", a déclaré mardi matin Bernard Thbault, leader de la CGT. Un avis partagé par Jean-Claude Mailly, son homologue de Force Ouvrière, pour qui "quand on est d'accord, on ne se pose pas de question". Selon eux, l'accord, qui doit être, présenté mercredi en conseil des ministres, fragilise les salariés, en prônant une plus grande flexibilité du travail.