Canal Seine Nord : dans l'Oise, on ne veut pas croire à son abandon

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Elisabeth Borne, la ministre des Transports, a indiqué mercredi vouloir mettre en stand by le démarrage de grands projets d'infrastructure. Cela pourrait être le cas du canal Seine Nord.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a annoncé mercredi le coup d'arrêt probable de plusieurs grands projets d'infrastructure, parmi lesquels le canal Seine nord. Il devait permettre aux péniches de grande taille de connecter le bassin de la Seine au Nord-Pas-de-Calais et à toute l'Europe.

"Ce serait un pur scandale". Dans l'Oise, où le projet était très attendu, on ne veut pas croire à son abandon. "Il y aura une révolution dans les Hauts de France, parce que c'est le seul grand projet économique infra structurel que nous avons dans cette région qui souffre tant", assure Stéphane Demilly, député UDI, qui se bat depuis vingt ans pour ce projet. "Si nous ne répondons pas très vite au creusement attendu de ce canal, nous allons perdre deux milliards européens affectés pour ce dossier. Ce serait vraiment un pur scandale."

Un projet nécessaire. Pour Francis Pergnier aussi, qui dépense aujourd'hui une fortune pour faire livrer dans son entreprise des briques par la route quand hier son père le faisait via l'Oise, ce projet est une nécessité. "Je le vois bien en transport, une palette de briques arrivant de Sologne, je vais payer 65 euros la tonne, c'est bien. Mais d'autres endroits cela sera 300 euros et là ce n'est même plus la peine", déplore-t-il.

50.000 emplois à terme. Ce projet estimé à 4,5 milliards d'euros et dont le financement a été bouclé devrait créer 130.000 emplois durant la phase de chantier et 50.000 devraient devenir pérennes.