Crise boursière : après un lundi noir, l'Europe reprend des couleurs

  • A
  • A
Crise boursière : après un lundi noir, l'Europe reprend des couleurs
@ KAZUHIRO NOGI / AFP
Partagez sur :

Les places de Hong Kong et Taïwan ont limité leurs pertes mardi tandis que les bourses européennes ont ouvert en hausse. 

Après un lundi noir, un mardi avec quelques éclaircies ? Alors que les bourses asiatiques ont toutes dévissées en début de semaine entraînant à leur suite les places européennes, seules les Bourses de Shanghaï et Tokyo ont faibli mardi. Les autres bourses asiatiques ainsi que les principales places boursières européennes ont repris des couleurs, à l'image de Paris qui a ouvert sur une hausse de 1,70% avant de rebondir à plus de 4%. La petite forme de l'économie chinoise continue cependant d'inquiéter et les investisseurs scrutent tout signal en provenance de Pékin qui pourrait les rassurer.

Les bourses européennes dans le vert. La Bourse de Paris a rebondi mardi à l'ouverture (+1,70%) avant de reprendre franchement des couleurs avec plus de 4% de reprise. En milieu de matinée, l'indice CAC 40 prenait 3,15% à 4.521,55 points. La veille, il avait perdu 5,35%. Les Bourses de Londres et Francfort atteignaient plus de 3% en milieu de matinée, sans parler de celle d'Athènes qui dès son ouverture rebondissait à 5%.

Une "correction" qui s'est confirmée tout au long de la journée puisque le CAC 40 a terminé la journée en hausse de 4,14%, tout comme les Bourses de Londres (+3,09%), de Francfort (+4,97%) ou encore Milan (+6%.)

Shanghaï, de mal en pis. La Bourse de Shanghaï dont le plongeon de 8,5% avait entraîné lundi dans sa débâcle les marchés boursiers mondiaux, a ouvert mardi sur un nouveau recul de 6,41%, avant de clôturer à -7%. Faute de nouvelle réaction de soutien de la part des autorités de Pékin, les investisseurs ont continué de se délester de leurs titres. Depuis le début du mois, les principaux indices des marchés chinois accumulent un recul d'environ 20%.

Tokyo, première place boursière d'Asie à ouvrir mardi, semblait partie pour un nouveau plongeon (-4% vingt minutes après l'ouverture). Après avoir effacé la totalité de ses pertes de la matinée et à une heure de la clôture d'une séance en dents de scie, le Nikkei ne cédait plus "que" 0,93%. Mais à la clôture, l'indice Nikkei a de nouveau culbuté à -4%.

Hong Kong et Taïwan se reprennent. Hong Kong a fait le yo-yo mardi sans pour autant réitérer les mauvais chiffres de lundi. En recul de 0,6% à l'ouverture, elle est repassée dans le vert en reprenant 1,62%, avant de fermer sur un pourcentage honorable de +0,72%. Taiwan, qui avait lâché 4,84% lundi, a pour sa part connu un véritable rebond, gagnant en séance jusqu'à 3,26%.

"Des ordres de rachat". Si les grandes places asiatiques ont limité les pertes mardi, c'est que les investisseurs ont tenté de faire parler la raison après le vent de panique de lundi. "Il semble y avoir des ordres de rachat sur de nombreux marchés après le mouvement de ventes-panique de ces derniers jours. Même les actions d'entreprises qui n'avaient que peu de relations d'affaires avec la Chine étaient à la vente", explique Yukino Yamada, stratégiste senior chez Daiwa Securities.

Le message de la banque américaine d'investissement Goldman Sachs a-t-il été entendu ? Dans une note, elle estime que la chute des cours des matières premières observée sur l'année écoulée de même que les faiblesses récentes de l'économie et de la monnaie en Chine et sur d'autres marchés émergents ne feront pas basculer l'économie mondiale dans la récession.

"Une panique 'made in China'". "La panique en cours est pour l'essentiel 'made in China'. Les dernières statistiques sur les autres économies majeures ont été généralement bonnes et il n'y a pas grand chose pour justifier la crainte d'un ralentissement mondial majeur", écrivent pour leur part les économistes de Capital Economics. 

>> Au fait, qui a eu l'idée d'inventer la Bourse ? 


Qui a eu l'idée d'inventer la Bourse ? par Europe1fr