Bilan mitigé pour les soldes

  • A
  • A
Bilan mitigé pour les soldes
Le bilan des soldes d'été 2012 est plutôt mitigé pour les commerçants traditionnels.
Partagez sur :

Certains commerçants traditionnels se disent déçus. Le e-commerce, lui, se porte bien.

La saison est décidément morose. Les commerçants traditionnels n'ont enregistré qu'une modeste hausse de leur activité pendant les soldes d'été, qui s'achèvent mardi. Pendant la première quinzaine, les ventes d'habillement et de textile ont progressé en moyenne de 4% par rapport à l'année dernière, selon l'Institut français de la mode (IFM).

Dans les centres commerciaux, la fréquentation n'a augmenté que de 2,20% sur les trois premières semaines des soldes, selon le CNCC, l'organisme qui les regroupe. "Le cru de l'année dernière n'était pas très bon, je pense que cette année nous sommes revenus au niveau d'il y a deux ans", déplore Gérard Atlan, le président du Conseil du commerce de France.

"Nous sommes loin du compte"

Les soldes 2011 avaient en effet été particulièrement décevants, avec une baisse des ventes de 6% sur un an. C'est pourquoi certains considèrent que la hausse enregistrée en 2012, bien que modeste, est tout de même un signe positif.

Le cru 2012 est même jugé "bon" par la Fédération nationale de l'habillement (FNH), qui estime que les ventes ont progressé de 3 à 8% pendant les soldes, notamment grâce à une météo clémente. Mais pour le président de la Fédération française du prêt-à-porter, Pierre Mocho, "avec +4%, nous sommes loin du compte, on ne peut pas parler d'engouement".

Le e-commerce en hausse de 10%

Pierre Mocho met notamment en cause les soldes flottants, qui, selon lui, émoussent l'intérêt des consommateurs pour les soldes traditionnels. Interrogée par Europe 1, Jennifer, vendeur chez un chausseur pour enfants, est du même avis : "toute l'année, il y a des remises, donc les gens attendent encore la remise supplémentaire. Les soldes ne signifie plus grand chose". La ministre du Commerce, Sylvia Pinel, devrait d'ailleurs trancher sur la question à la rentrée, après la publication d'un rapport critique.

Seul secteur à tirer son épingle du jeu, avec les grands magasins, le e-commerce a enregistré une hausse moyenne de 10% des ventes sur les quatre premières semaines des soldes, après un bond de 20% pour les soldes 2011. Et les internautes ont même dépensé plus que l'année dernière : 113 euros en moyenne, contre 109 euros l'an dernier.