Bernard Arnault : "La France a énormément d'atouts, mais elle a besoin de confiance"

  • A
  • A
Partagez sur :

À l'occasion de l'inauguration samedi de l'exposition du collectionneur russe Sergueï Chtchoukine, Bernard Arnault revient sur la situation économique de la France.

La Fondation Louis Vuitton, qui appartient au groupe LVMH, expose à partir de samedi et jusqu'au 20 février, 130 oeuvres du collection russe Sergueï Chtchoukine. À cette occasion, Bernard Arnault, le président du groupe, donne son sentiment sur l'économie de la France au micro d'Europe 1, vendredi.

Le secteur du luxe toujours en essors. Le groupe propriétaire Louis Vuitton-Moët-Hennessy compte 30.000 employés à travers le monde pour ses 65 marques. "Tous les ans, nous recrutons à peu près 3.000 personnes en France". Une entreprise qui se porte bien dans un climat économique pourtant morose. "C'est vrai qu'on a observé un certain ralentissement de la croissance en Chine. Mais depuis quelques trimestres, elle repart. Et aujourd'hui nos affaires sont mieux orientées dans ce pays. Donc je suis plutôt optimiste à moyen terme sur l'évolution de nos métiers du luxe", affirme Bernard Arnault.

Présent dans 71 pays, le groupe LVMH possède une certaine souplesse puisqu'il regroupe plusieurs secteurs d'activités, du prêt-à-porter de luxe aux vins en passant par la joaillerie. Des secteurs qui ne connaissent pas la crise et tentent de s'implanter dans de nouveaux marchés. "À terme, l'Iran est un marché puisque les Iraniennes sont parmi les femmes qui se maquillent le plus."

Une France qui possède "énormément d'atouts". Mais en France, malgré une certaine reprise, la croissance peine à s'envoler. "La France a énormément d'atouts, mais elle a besoin de confiance. La chance de la France, c'est de donner plus de liberté à ses entrepreneurs qui vont développer leurs entreprises et embaucher plus de personnel. De plus il y a des idées extraordinaires en France", assure le patron de LVMH. "La confiance, c'est une ambiance générale qui fait que les gens sont optimistes, ont envie d'entreprendre mais pour cela, il faut avoir de la stabilité."