Bercy vise une réduction du déficit public

  • A
  • A
Bercy vise une réduction du déficit public
@ MAXPPP
Partagez sur :

Christine Lagarde table sur un déficit de 92 milliards en 2011, contre 151 milliards en 2010.

Après deux années de très forte hausse du déficit budgétaire, le ministère de l’Economie prévoit une importante réduction de la dette que génère chaque année un budget de l’Etat toujours déficitaire. Christine Lagarde attend un déficit de 92 milliards en 2011, un chiffre en forte baisse après avoir atteint 150 milliards en 2010.

"C'est un déficit budgétaire un peu inférieur à 92 milliards qui devrait finalement être inscrit dans le projet de budget pour 2011 présenté mercredi prochain en Conseil des ministres", écrit Le Figaro après avoir contacté l’entourage de la ministre de l’Economie.

Un déficit qui explose depuis 2009

Chaque année, le gouvernement doit prévoir le montant des recettes publiques (impôt, taxe, cotisation) et celui des dépenses publiques. Depuis le choc pétrolier de 1973, l’Etat français récolte moins d’argent qu’il n’en dépense et doit donc emprunter de l’argent chaque année.

Mais ce déficit public a explosé depuis 2009, suite à la crise financière. D’un montant variant entre 40 et 60 milliards depuis 2002, le déficit de l’Etat a grimpé jusqu’à 143 milliard en 2009 et devrait avoisiner les 150 milliards en 2010. Le gouvernement veut donc repasser sous la barre des 100 milliards en 2011 et espère que la timide reprise économique fera rentrer plus d’argent dans les caisses de l’Etat.

Lagarde optimiste pour la croissance

La ministre de l’Economie espère en effet réduire le déficit budgétaire, non seulement en réduisant les dépenses de l’Etat, mais aussi grâce à la reprise de l’économie française.

"On a beaucoup de chiffres qui s'orientent positivement. Je suis particulièrement satisfaite de voir une révision à la hausse de la croissance sur le deuxième trimestre 2010", a-t-elle déclaré en marge des journées parlementaires de l'UMP à Biarritz.

Christine Lagarde a ainsi affirmé vendredi prévoir une "croissance solide" du PIB de la France au troisième trimestre, entre 0,3% et 0,7%. Selon ses prévisions, la croissance devrait s’établir à 1,5% en 2010 et pourrait atteindre 2% en 2011.