Banques : payer pour détenir un compte devient (presque) la norme

  • A
  • A
Banques : payer pour détenir un compte devient (presque) la norme
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

FINANCE - La BNP Paribas a annoncé facturer 30 euros par an de frais de tenue de compte à partir de 2016. Un service qui est longtemps resté gratuit dans le secteur.

Les clients de BNP Paribas vont devoir s’y faire : le simple fait de détenir un compte courant dans cette banque va devenir payant le 2016. A partir du 1er janvier, le groupe bancaire facturera 2,50 euros par mois, soit 30 euros par an, selon les informations du Parisien. Désormais, seule la banque LCL et certains Crédit Agricoles ne les facturent pas, alors que la gratuité des frais de tenue de compte a longtemps été la norme dans le secteur.

Reste les banques en ligne. La Société Générale va en effet également facturer 2 euros par mois à partir de 2016, soit 24 euros par an. Chez HSBC, c'est 24 euros, tandis que la Banque postale reste la moins chère avec 4,20 euros par an. Pour éviter de payer pour le simple fait d'avoir un compte courant, il faut donc se tourner vers les banques en ligne, la quasi-majorité ne facturant pas de service. Ces établissements sont pourtant des filiales des banques traditionnelles.

>> Voici le détail des tarifs appliqués pour les frais de tenue de compte à partir de janvier 2016. Lorsque ces tarifs n'étaient pas disponibles, nous avons relevé ceux en vigueur en 2015 : 

09.11.Tableau frais bancaire 2016

Autre détail qui a son importance : les banques facturent également des frais de tenue de compte pour les comptes courants inactifs depuis plus d'un an. Ces derniers peuvent attendre jusqu'à 80 euros par an mais la loi limite ces frais à 30 euros par an à parti de 2016.

L'argumentation des banques. Du côté des établissements, on avance le fait que gérer un compte coûte aujourd'hui plus cher. Développer les services en ligne, mettre sur pied de nouvelles applications, appliquer les nouvelles règles anti-fraude... Le coût du service a bondi, à en croire les banques. Et puis il y a la sécurisation, qui coûte de plus en plus cher face aux pirates du web. Chez BNP, par exemple, une équipe entière est dédié à la sécurité, à vérifier que la carte d'un client en France n'est pas utilisée depuis New York.

"Un tour de passe passe". Mais pour Mathieu Escot, responsable des études à UFC Que Choisir, invité d'Europe 1, ces hausses s'apparentent avant tout à un "tour de passe-passe". "Les banques font des économies grâce au web. On ne peut pas à la fois nous dire : 'allez sur internet, ça sera plus facile et moins cher et en même temps faire payer davantage à cause de ça", argumente-t-il.

Et d'enchaîner : "c'est un tour de passe passe pour compenser ce qu'elles ne peuvent plus faire payer. Aujourd'hui, on peut comparer en toute transparence les prix des services bancaires de base. Cela a fait jouer la concurrence et fait baisser les prix. En outre, la loi plafonne désormais les 'coûts d'intervention', facturés lorsqu'un client est à découvert. Avec ces nouveaux frais, les banques effectuent un transfert de consommation". Seul moyen de payer moins cher selon lui : "comparer ! Faîtes jouer la concurrence ! Allez sur les sites de comparaison des frais bancaires et choisissez le moins cher".