HSBC et Deutsche Bank (encore) dans le viseur de la justice américaine

  • A
  • A
HSBC et Deutsche Bank (encore) dans le viseur de la justice américaine
@ REUTERS
Partagez sur :

FINANCE - Trois banques sont accusées de s'être concertées pour manipuler le cours de l'argent.

Comme toutes les matières, l'argent voit son cours varier chaque jour en fonction de l'offre et de la demande. Mais la justice américaine soupçonne que son cours a également été influencé par les possibles manipulations de trois établissements bancaires particulièrement influents sur ce secteur. Les banques britannique HSBC, allemande Deutsche Bank et canadienne Bank of Nova Scotia ont donc été assignées devant la justice américaine par un particulier qui les accuse d'avoir manipulé les prix de l'argent.

Trois banques incontournables dans le négoce de l'argent. La fixation des cours de ce métal précieux a lieu une fois par jour, en début d'après-midi, lors d'une téléconférence entre Deutsche Bank, HSBC et Bank of Nova Scotia.  Ce taux de référence est utilisé par les compagnies minières et les banques centrales pour évaluer la valeur des métaux. Il affecte directement les prix des bijoux mais surtout les revenus des compagnies minières et les prix que doivent payer les raffineurs. Il a aussi un effet direct sur les actions rattachées à l'argent.

"Un environnement propice à la manipulation". Scott Nicholson, un Américain résidant dans l'Etat de Washington, a investi dans l'argent. Mais il estime que ses investissements ont été faussé par ces trois banques. Dans sa plainte, déposée devant un tribunal de Manhattan à New York, ce dernier affirme qu'elles ont "abusé" de leur position sur ce marché dont elles fixent les cours pour engranger de juteux bénéfices au détriment des investisseurs.

"Le niveau extrême du secret crée un environnement propice à la manipulation" des cours, dénonce-t-il dans la plainte. "Les accusées ont un gros avantage financier pour prendre des positions aussi bien sur les marchés physiques de l'argent que sur les contrats à terme avant l'annonce des cours, ce qui leur permet de récolter de gros bénéfices illégaux", écrit-il encore. Les faits reprochés se seraient déroulés à partir du 1er janvier 2007 jusqu'à aujourd'hui, selon la plainte.

Selon des sources bancaires, les trois établissements sont confiants et pensent que cette plainte sera classée sans suite. Mais des enquêtes similaires sont en cours, notamment en Allemagne, et portent sur ce même secteur ainsi que sur le négoce de l'or.