Auto-écoles : le prix du permis de conduire est-il justifié ?

  • A
  • A
Auto-écoles : le prix du permis de conduire est-il justifié ?
Les prix pratiqués par les auto-écoles sont parfois très coûteux.@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Les auto-écoles manifestent contre l’ubérisation de leur métier liée à la concurrence dématérialisée. Elles peinent à rivaliser à cause de leurs tarifs onéreux.

CINQ CHOSES A SAVOIR

Les patrons et les moniteurs d’auto-écoles se mobilisent mardi pour protester contre ce qu’ils considèrent être une "ubérisation" de leur profession consécutive à loi Macron. Depuis plus de deux ans, ce texte autorise la dématérialisation de l’inscription au permis de conduire et l’arrivée de plateformes en ligne concurrentes. Les auto-écoles craignent que la nouvelle réglementation entraîne une dégradation de l’enseignement et nuise à la sécurité routière. Derrière ces revendications se cache la peur de voir les nouvelles plateformes de formation à la conduite grignoter leurs parts de marché grâce à des prix attractifs. En effet, les auto-écoles sont souvent critiquées pour leurs tarifs coûteux, pas toujours justifiés.

Forfait de base : des écarts de prix surprenants

Pour un forfait "code + 20 heures de conduite", comptez entre 675 et 800 euros chez la plupart des auto-écoles en ligne. Un tarif largement inférieur à ceux affichés par les établissements physiques. L’enquête de l’UFC-Que Choisir sur les auto-écoles publiée en septembre 2016 indique que le tarif moyen de ce forfait de base est de 1.131 euros.

UFC Que Choisir carte tarif forfait de base du permis

Les écarts de prix moyen par département sont conséquents : 1.414 euros en Haute-Savoie, 1.344 euros à Paris, 1.000 euros dans la Somme et "seulement" 883 euros dans le Territoire de Belfort. Des écarts justifiés officiellement par la concurrence au sein du département, l’environnement (en ville les voitures consomment plus d’essence), le nombre de places disponibles, etc. Sauf que ces facteurs n’expliquent pas tout. On trouve en effet des tarifs parfois très différents dans des départements voisins et comparables, voire au sein même d’un département. L’UFC-Que Choisir explique qu’en moyenne "dans chaque département la différence entre le forfait 20 heures le plus bas et le forfait 20 heures le plus élevé se monte à 368 euros", preuve que la géographie ne peut expliquer le prix élevé des forfaits dans certaines régions.

Coût réel du permis : attention ça grimpe

Le tarif du forfait de base est une chose mais dans la réalité, les 20 heures inclues ne suffisent pas pour être présenté à l’examen. Sur la base de 15 heures supplémentaires, il apparaît que le coût départemental moyen du permis de conduire grimpe à 1.781 euros. Là encore, la région parisienne fait figure de mauvais élève avec six départements parmi les dix plus chers de France. La palme revient à Paris où il faut débourser en moyenne 2.140 euros pour obtenir son permis. C’est 45% plus cher que dans le département le plus attractif, le Territoire de Belfort, où le permis coûte 1.468 euros. Plus cher que le prix moyen d'une formation équivalente dispensée par un site Internet, à peu près 1350 euros.

UFC Que Choisir carte tarif permis

Heures de conduite : tarifs semblables

L’écart de prix observé entre les formations des auto-écoles classiques et de leurs concurrentes 2.0 ne provient pas vraiment des heures de conduite. Selon les données de l’UFC-Que Choisir, une heure de conduite coûte en moyenne 42 euros dans les auto-écoles traditionnelles. Sur Internet, le prix tourne autour de 36 euros. Rien de choquant donc. On trouve même moins cher en Haute-Corse (35 euros) et plusieurs départements affichent une heure en moyenne inférieure à 40 euros. Il faut noter que là encore, la région parisienne se distingue avec des tarifs supérieurs à 50 euros par heure dans six départements (jusqu’à 55 euros dans les Hauts-de-Seine).

Autrement dit, les 15 heures de conduite supplémentaires coûtent en moyenne 630 euros dans une auto-école classique et 540 euros en ligne. Une différence minime comparée à l’écart de prix de l’ensemble du permis de conduire, qui tient aux charges qui pèsent sur les salariés des auto-écoles mais n’ont pas cours pour les enseignants indépendants qui officient pour les plateformes.

Des frais d’accompagnement non-justifiés

Par ailleurs, les auto-écoles manifestent contre la réforme du permis de conduire instituée par la loi Macron… alors qu’elles profitent elles-mêmes de la nouvelle réglementation. L’externalisation de l’examen théorique général (le "code") mise en place par la loi donne en effet lieu à la facturation de frais d’accompagnement élevés, en remplacement des anciens frais de présentation à l’examen. Selon l’UFC-Que Choisir, 90% des auto-écoles facturent l’accompagnement à l’examen du code – 67 euros en moyenne – alors même que l’élève a désormais la possibilité de s’y rendre par ses propres moyens. Une auto-école sur deux facture des frais supérieurs au tarif d’une heure de conduite.

Un rapport qualité/prix pas évident

Les auto-écoles traditionnelles protestent également contre la moindre qualité de l’enseignement du permis. "Avec cette réforme, on veut faire du permis un enseignement low cost, avec des enseignants indépendants venus d'on ne sait où, avec on ne sait quelle formation et hors la loi car non agréés. Je suis révoltée car on est en train d'éliminer le face-à-face pédagogique et de jouer avec la sécurité routière", s'indignait Cécile Couturier, directrice d'une auto-école à Dreux, présente dans l’opération escargot de Paris.

Formation coûteuse ne rime pas avec réussite. Un argument remis en cause par l’enquête de l’UFC-Que Choisir qui montre que dans les auto-écoles classiques, le prix élevé de la formation ne correspond pas toujours à un enseignement de qualité. "La mobilisation des tarifs que nous avons collectés montre qu’en moyenne, à l’échelle nationale, le taux de réussite à l’examen pratique des candidats présentés par l’auto-école la plus chère de chaque département est de 62%. Le taux de réussite à l’examen pratique des candidats présentés par l’auto-école la moins chère de chaque département est quant à lui de 61%."

En ligne, les candidats passent les examens en candidats libres. Il n’y a donc pas de taux de réussite officiels pour les sites. "LePermisLibre.fr" revendique un taux officieux de 87%, impossible à vérifier. Quoi qu’il en soit, rien ne permet de prouver que la qualité de l’enseignement y est inférieure. Les principales plateformes bénéficient d’ailleurs d’une agrégation préfectorale.

Les auto-écoles physiques ont des contraintes

Ni la qualité de l’enseignement, ni les particularités géographiques, ni le coût des heures de conduite supplémentaires ne suffisent à expliquer l’écart de prix du permis entre les auto-écoles classiques et les plateformes en ligne. En réalité, les établissements physiques sont soumis à des contraintes que ne connaissent pas leurs concurrents dématérialisés. A commencer par la gestion du parc automobile. Les auto-écoles en ligne ne possèdent pas de flotte fixe de voitures à double pédale. Elles s’adaptent à la demande en flux tendu en louant directement auprès des constructeurs. Il arrive même que les voitures appartiennent aux moniteurs indépendants.

La plupart des plateformes en ligne ne possèdent pas non plus de local. Or, le loyer d’un point d’attache devient vite cher dans les grandes villes. De manière générale, c’est un coût que les auto-écoles répercutent sur le prix des forfaits. Un coût propre à chaque établissement physique mais qui peine à expliquer les tarifs élevés en vigueur actuellement.