Ariane vs SpaceX : la course à la fusée "recyclable" est lancée

  • A
  • A
Ariane vs SpaceX : la course à la fusée "recyclable" est lancée
@ AIRBUS DS
Partagez sur :

CONQUETE SPATIALE - Le programme spatial européen a dévoilé dimanche le projet Adeline, un propulseur censé revenir sur Terre.

Il n’y a pas que dans que nos poubelles que le recyclage est en train de devenir la norme : bien plus haut dans le ciel, les acteurs de la conquête spatiale tentent aussi de tourner la page du tout jetable. Après l’entreprise privée SpaceX, c’est au tour d’Airbus de se lancer dans la course des lanceurs spatiaux réutilisables. La branche Defence & Space du groupe aéronautique, Airbus DS, a dévoilé dimanche ses concepts qu'elle espère les faire décoller à l’horizon 2025.

Réutiliser une fusée pour réduire les coûts. Atteindre l’espace coûte cher, très cher, d’autant que tous les lanceurs pour arriver en orbite ne servent qu’une seule fois et sont abandonnés autour de la Terre une fois leur mission remplie. Les ingénieurs tentent donc de passer de lanceurs jetables à des fusées partiellement réutilisables pour réduire les coûts. En effet, sur le papier, faire revenir une fusée sur Terre et la réparer peut coûter moins cher que de fabriquer à chaque fois un nouveau lanceur. Sauf que la mise au point d’une telle fusée et les réparations coûtent aujourd’hui plus cher que de fabriquer un engin neuf. Le nouveau défi des agences spatiales, publiques ou privées, est donc de réduire cette facture pour que la fusée réutilisable devienne plus compétitive que la version jetable.

Pour y arriver, Ariane mise sur Adeline. Cette équation, une équipe d'ingénieurs tente de la résoudre dans le plus grand secret depuis 2010, dans un hangar du centre d'Airbus DS, aux Mureaux en banlieue parisienne. Et visiblement, ces spécialistes ont trouvé une piste. La future génération du lanceur européen, Ariane 6, sera constituée de deux étages : l’étage principal, qui propulse et guide la fusée dans la première partie de son voyage, tandis que l’étage supérieur prend le relais une fois l’appareil en orbite. Airbus DS a donc développé deux concepts : Adeline pour la réutilisation de l'étage principal, et Space Tugs pour celle de l'étage supérieur.

"Pour la réutilisation de l'étage principal, on fait revenir les morceaux les plus coûteux et on essaie de faire en sorte que ce qui revient coûte beaucoup moins cher à remettre en état de vol que d'en faire de nouveaux", détaille François Auque, directeur de la branche spatiale d'Airbus Defence and Space. L'étage supérieur va lui "très, très loin et le faire revenir est plus compliqué. L'idée est donc que l'étage supérieur ne revienne pas, on le stocke sur un ‘parking’ dans l'espace" pour le réutiliser à partir de là.

Un lanceur qui revient sur Terre comme un drone. Ariane travaille en priorité sur le premier projet, Adeline, avec un cahier des charges déjà précis : l'objectif est de "récupérer la baie propulsive et le moteur", qui représentent 80% de la valeur du lanceur, en les protégeant avec un bouclier thermique lors du retour sur Terre.

Une fois sa mission accomplie, cet élément désolidariserait du réservoir avant d'être piloté comme un drone pour se poser sur une piste d'atterrissage. Une fois posé, on récupèrerait la baie propulsive et l'assemblerait à un nouveau réservoir : l’étage principal pourrait alors repartir pour l’espace. Airbus vise une réutilisation 10 ou 20 fois, voire plus, du moteur.

Selon Hervé Gilibert, le système est "peu contraignant", très flexible et a peu d'impact sur la performance opérationnelle, contrairement à SpaceX qui perd plus du tiers de la capacité de performance de son lanceur.

Une concurrence grandissante dans l’aérospatial. Le directeur d’Ariane DS n’a pas évoqué SpaceX par hasard : ce nouveau venu dans le secteur des vols spatiaux a changé la donne en misant dès 2002 sur les lanceurs réutilisables. Créée par le fondateur des voitures électriques Tesla, Elon Musk, SpaceX a donc pris une avance non considérable. Et même s’il s’agit d’une entreprise privée, elle a de bonnes chances d’atteindre son objectif : elle bénéficie non seulement de moyens colossaux -Google et le fonds Fidelity ont investi un milliard de dollars en janvier dernier- mais aussi du soutien étatique des Etats-Unis, puisqu’elle a conclu des accords avec la Nasa et l’armée américaine. Certes, le dernier essai en date de sa fusée réutilisable, baptisée Flacon 9, s’est soldé par un nouvel échec le 14 avril 2015, mais SpaceX ne cesse de progresser.

Preuve supplémentaire que l’avenir est aux appareils pouvant revenir sur terre, le Japon est également dans les starting blocks : l’agence japonaise Jaxa travaille elle aussi sur une nouvelle génération de lanceur dont l’étage principal, le booster, serait réutilisable entre 100 et 200 fois. Pour rester dans la course, Airbus doit donc innover et la barre est haute. SpaceX espère pouvoir diviser par dix le coût d’un vol spatial, un objectif chiffré qui reste à confirmer mais bien supérieur à celui des Européens : de son côté, Airbus promet de réduire ses coûts de 30% à partir de 2025.