Argent : ce qui change au 1er janvier

  • A
  • A
Argent : ce qui change au 1er janvier
@ MAXPPP/REUTERS
Partagez sur :

ZOOM - Smic, gaz, électricité, transports, livret A, redevance, bière… Europe1.fr a fait les comptes.

Cure d'austérité oblige, 2013 sera synonyme d'effort supplémentaire pour notre porte-monnaie. Europe1.fr a listé des principaux changements au 1er janvier.

Des bonnes nouvelles :

02.10.Bandeau.Euro.monnaie.piece.Reuters.460.100

© REUTERS

• Le Smic est légèrement revalorisé de 0,3%, ce qui correspond à l'augmentation légale compte tenu de l'inflation : il passe à 9,43 euros bruts l'heure, soit 1.430,22 euros bruts mensuels pour 35 heures hebdomadaires.        

Livret A : son plafond est relevé de 25% pour atteindre 22.950 euros.

Santé : le remboursement de l'IVG passe à 100% pour toutes et la pilule devient gratuite pour les jeunes de 15 à 18 ans.

RSA : du côté des allocations, le Revenu de solidarité active (RSA) progresse de 1,7% à 483 euros pour une personne seule sans enfant, 724 euros pour un couple sans enfant.

Prestations familiales : le plafond de ressources ouvrant droit aux prestations familiales est revalorisé de 2,1%. Par exemple, le plafond pour la Paje (prestation d'accueil du jeune enfant) est porté à 46.014 euros (annuels) pour un couple avec un enfant et deux salaires.

• Les aides au logement (APL) sont revalorisées de 2,15%

"Emplois d'avenir professeur": ils sont destinés à des étudiants boursiers venant de zones défavorisées et désirant devenir enseignant. Les bénéficiaires travaillent à temps partiel et perçoivent en moyenne 900 euros par mois.

Retroactivité des radiations à Pôle emploi :  les chômeurs radiés des listes de Pôle emploi ne pourront plus l'être de manière rétroactive et se voir réclamer, en conséquence, le remboursement des allocations indûment perçues.

Du côté des mauvaises nouvelles :

02.09.Bandeau.biere.alcool.Reuters.460.100

© REUTERS

Energie : la facture de gaz augmente de 2,4%, celle d'électricité de 2,5%.

La Poste : la lettre prioritaire passe de 0,60 à 0,63 euro et la lettre verte de 0,57 à 0,58 euro.

Bière : le demi pression va coûter plus cher, en raison de l'augmentation des droits d'accises. Selon les Brasseurs de France, il pourrait passer de 2,60 euros à 3 euros. Bercy a calculé une hausse de 5,5 centimes pour 25 cl.

Redevancetélévisuelle : elle augmente de 6 euros en métropole pour atteindre 131 euros  et de 5 euros en outre-mer à 85 euros.

RATP : la hausse des prix varie selon les forfaits et atteint en moyenne 2,4%. Le pass Navigo deux zones passe à 65,10 euros, le carnet de 10 tickets à 13,30 euros. Le ticket à l'unité reste à 1,70 euro.

Taxis : le prix de la course est majoré de 2,6%.

Emploi à domicile : les particuliers employeurs vont payer leurs cotisations patronales sur la base du salaire réel et non plus sur une assiette forfaitaire. En compensation, baisse de 0,75 euro par heure travaillée.

10.07 fiche de paie salaire CSG. 930620

© MAX PPP

L'impôt sur le revenu (pour les revenus de 2012) subit plusieurs réformes : le barème est gelé pour la deuxième année consécutive, ce qui s'apparente à une hausse d'impôt de près de 2% pour les contribuables, mais une décote permettra d'épargner 7,4 millions de personnes modestes. L'avantage fiscal lié au quotient familial est, de plus, plafonné à 2.000 euros par demi-part supplémentaire, contre 2.336 euros auparavant. Les réductions ou crédits d'impôts liés à une vingtaine de niches (emploi d'un salarié à domicile, garde d'enfant, travaux du logement en faveur du développement durable, immobilier locatif...) sont limitées à 10.000 euros par foyer fiscal. Enfin, une taxe à 75% est créée pour la part des revenus d'activité supérieurs à un million d'euros par an et par contribuable.

Immobilier : le "Scellier" pour les investisseurs achetant des logements neufs pour les louer est remplacé par le "Duflot", aux conditions plus strictes mais assorti d'une réduction d'impôt plus intéressante, de 18% sur neuf ans, calculé sur un investissement maximal de 300.000 euros. Les loyers concernés doivent être situés dans des zones sous tension et seront encadrés.

Automobile : les véhicules émettant entre 135 et 140 grammes de CO2/km sont désormais taxées à hauteur de 100 euros. Actuellement, le malus s'applique à partir de 141 g/km. Le malus pourra atteindre jusqu'à 6.000 euros pour les modèles émettant plus de 200 g/km.