Arc International : 35 millions d'euros injectés par des investisseurs

  • A
  • A
Arc International : 35 millions d'euros injectés par des investisseurs
Le groupe Arc International est un leader mondial des arts de la table.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

35 millions d'euros vont être injectés dans le groupe verrier Arc International, pour soutenir le développement de l'entreprise en difficulté depuis plusieurs mois.

35 millions d'euros vont être injectés dans le groupe verrier Arc International, installé à Arques dans le Pas-de-Calais, pour renflouer sa trésorerie et soutenir le développement de l'entreprise en difficulté depuis plusieurs mois, a annoncé le leader des arts de la table vendredi. Au mois de juin, un fonds souverain mené par le russe RDIF et CDC International Capital, une filiale de la Caisse des Dépôts, doivent verser 25 millions d'euros à l'entreprise. S'y ajouteront 10 millions d'euros "pour soutenir son développement", apportés par Glass Holding, actionnaire principal d'Arc.

"Une bouffée d'oxygène". Jeudi puis vendredi, un comité d'entreprise extraordinaire a été réuni, dans lequel les dirigeants devaient détailler les mesures financières destinées à régler les problèmes de trésorerie tout en précisant la stratégie industrielle à venir de ce groupe qui emploie 10.160 salariés dont 5.260 en France. "C'est une bonne nouvelle car on avait absolument besoin de cash pour juin. Ces 35 millions sont une bouffée d'oxygène mais il va falloir rester vigilant pour voir comment l'entreprise va regagner en profitabilité", a réagi Frédéric Specque, secrétaire du CE (CGT). Il s'est félicité que "tout danger imminent de redressement judiciaire (soit) pour le moment derrière nous" mais a dit vouloir "éviter qu'on se retrouve dans 6 mois dans la même situation".


Depuis plusieurs mois, le gouvernement était en contact avec la direction du groupe et les partenaires sociaux sur la situation financière et sur son projet industriel. Le groupe Arc International, leader mondial des arts de la table, a été repris en 2015 par le fonds américain PHP, alors qu'il était proche du dépôt de bilan. Le plan de relance comprenait un financement à hauteur de 250 millions d'euros, venant d'un consortium comprenant notamment un fonds souverain russe conduit par RDIF et CDC International.