Airbus surfe sur le succès de son A320NEO

  • A
  • A
Airbus surfe sur le succès de son A320NEO
@ Reuters
Partagez sur :

TETE DE GONDOLE - EasyJet et la Chine font de l’appareil à faible consommation du constructeur européen le cœur de leurs commandes.

Airbus a commencé lundi l’assemblage final du premier A320NEO, dont le premier vol est prévu pour la fin de l’année, pour une livraison fin 2015. L’appareil est immense succès commercial pour le constructeur européen. Easyjet a choisi de commander cent avions de ce type sur la commande de 135 qu’elle a passée à Airbus. De son côté, la Chine est en discussions pour acheter au moins 150 avions.

NEO, autant avec moins de carburant. L’intérêt de la nouvelle génération de moteur du moyen courrier d’Airbus est de consommer 15% de moins que l’ancien modèle. Cela représente 950 km en plus avec la même quantité de kérosène, un atout majeur pour la compagnie low-cost qui se met en partie à l’abri des variations de prix du pétrole.

Sécuriser l’emploi en Europe. Cette commande permet d’assurer au constructeur que les personnes qui travaillent directement ou indirectement dans ses usines auront du travail pour les sept prochaines années. Selon les informations d’Europe 1, ce sont 1.800 postes qui sont ainsi sécurisés, dont 800 en France. Airbus voit aussi son chiffre d’affaires gonflé : au prix catalogue, la transaction représente environ 8,6 milliards d’euros.

Relancer le commerce avec la Chine. A l'occasion de la visite du président Xi Jinping en Europe la semaine prochaine, un contrat portant sur l’achat de 150 avions pourrait être signé. La facture pourrait s’élever à plus de 14 milliards d’euros. Outre cette commande, les discussions porteront sur l’ouverture potentielle d’une deuxième usine en Chine et le déblocage de 27 Airbus A330. La commande avait été gelée par la Chine en raison d'une querelle avec l'Union européenne sur des questions environnementales.

sur le même sujet, sujet,

EMPLOI - Airbus Group supprime 1.329 postes

EDITO - Ça plane pour Airbus

ENVIRONNEMENT - Les avions écolos

CONSO - Les sièges d'avion rapetissent

ZOOM - Pourquoi EADS se renomme Airbus