Agriculture : Hollande annoncera "des réponses concrètes dès le 3" septembre

  • A
  • A
Agriculture : Hollande annoncera "des réponses concrètes dès le 3" septembre
@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP
Partagez sur :

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a assuré que le gouvernement dévoilera début septembre une batterie de mesures pour répondre à la crise des éleveurs, mais au reste des agriculteurs.

Les agriculteurs auront un début de réponse à leurs problèmes le 3 septembre, a annoncé lundi le président du principal syndicat agricole, Xavier Beulin, à l’issue d’une entrevue avec le président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Agriculture. Mais parce que le rapport de force est la meilleure manière de forcer les politiques à tenir leurs engagements, les syndicats agricoles ont prévu de manifester ce même jour. Avec un objectif : faire venir un millier de tracteurs à Paris.

Hollande promet des mesures début septembre. Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, avait rendez-vous lundi à l’Elysée pour évoquer la crise que traversent actuellement les éleveurs – notamment de porc - et les producteurs laitiers. Une rencontre visiblement positive pour ce secteur puisque le patron du principal syndicat agricole a annoncé que François Hollande "s'est engagé à apporter des réponses concrètes dès le 3 septembre". "L'engagement qu'il a pris, c'est d'apporter des réponses concrètes dès le 3, dans les deux dimensions : court terme et structurel", a-t-il précisé.

Que demandent les agriculteurs ? Une baisse des charges, moins de contraintes réglementaires et le retour des politiques d’aides européennes. Trois leviers censés permettre à l’agriculture française de sortir la tête de l’eau et de rivaliser avec ses concurrents allemands et espagnols dans une course au productivisme.

"La France doit se doter d'une vision à 15 ans de son agriculture. Il faut engager un vaste plan pour moderniser les bâtiments, automatiser les abattoirs, organiser les regroupements d'exploitations afin qu'elles soient plus productives", argumentait Xavier Beulin dans Le Journal de Dimanche. Et ce dernier de proposer "un moratoire d'un an sur les normes environnementales" et "une adaptation des règles fiscales aux aléas de l'agriculture".

Le ministre de l’Agriculture a bien promis en juillet une enveloppe de 600 millions d’euros, mais cette dernière est jugée insuffisante par une partie de la profession : la FNSEA réclame trois milliards d'euros sur trois ans.

Une manifestation pour maintenir la pression. Bien qu’ayant été entendus, les agriculteurs maintiennent la tenue d’une journée de manifestation, le 3 septembre à Paris. "On croit au travail qui sera fait d'ici le 3 septembre" en collaboration avec le gouvernement, mais il y aura dans tous les cas "1.000 tracteurs" dans la capitale ce jour-là, a prévenu Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, à l'issue de la réunion.

D’autant plus qu’une autre échéance suivra rapidement : la réunion des ministres européens de l'Agriculture le 7 septembre. Un rendez-vous au cours duquel le gouvernement français a promis de poser la question de l’embargo russe, qui pénalise les filières agricoles qui exportent, et de l'affichage de l'origine des viandes sur les plats cuisinés, dossier sur lequel le secteur agroalimentaire français freine des quatre fers. Sans oublier une dernière demande : que l’Union européenne se remette à acheter les surplus de production. Un pari pour le moins risqué alors que l’Europe vient de mettre fin aux quotas : cette dernière serait invitée à racheter les invendus d’une production qui ne va cesser d’augmenter.

>> Retrouvez, sur le même sujet, l'interview de Xavier Beulin, fin juillet sur Europe 1 :


Xavier Beulin : "Nous allons remettre la...par Europe1fr