Pourquoi les pommes de terre risquent de coûter plus cher cette année

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Alors que l'arrachage est sur le point de débuter dans les Hauts-de-France, les cultivateurs ne cachent pas leur inquiétude face à une récolte qui s'annonce de piètre qualité.

REPORTAGE

Il suffit de gratter un sillon dans un champ pour constater les dégâts. Nicolas Loingeville, producteur de pommes de terre dans la région lilloise, arrache un petit tubercule qui a germé à cause de la canicule et des orages qui ont suivi. "Il a fait trop chaud et trop sec, la pomme de terre repart en végétation, comme si l'on venait de la planter", constate-t-il.

La récolte s'annonce particulièrement morose cette année. Alors que les campagnes d’arrachage sont sur le point de commencer en région Hauts-de-France, qui représente à elle seule les deux-tiers de la production française, les cultivateurs ne cachent pas leur inquiétude.

Une pomme de terre trop humide. La météo de cet été s'est montrée peu propice au bon développement des tubercules, qui se retrouvent désormais gorgés d'eau. Or, cette production de moindre qualité pourrait se voir refuser par les industriels qui transforment les pommes de terre. "Il y aura 90% d'humidité et on va voir du mal à faire des frites avec. Il y a déjà des lots qui ont été refusés par les industriels", glisse Nicolas Loingeville.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Une augmentation des prix de 10 à 20%. Ce producteur, comme ses confrères, s'expose à des pertes financières, et avec des rendements en recul de 15 à 30% selon les exploitations, le consommateur, de son côté, risque bien de constater une augmentation du prix du filet de pommes de terre. "Sur le frais, il y aura 10 à 20% de plus, mais ça ne va pas doubler. La pomme de terre n'est pas un aliment qui coûte très cher", veut pourtant nuancer notre cultivateur. Que les amateurs de frites se rassurent donc, ils pourront toujours se régaler sans se ruiner.