1.490 euros par mois : un minimum selon les Français

  • A
  • A
1.490 euros par mois : un minimum selon les Français
A la question "selon vous, pour vivre, quel est le montant dont doit disposer au minimum un individu par mois?", les personnes interrogées par l'institut BVA répondent en moyenne 1.490 euros.@ MAX PPP
Partagez sur :

SONDAGE - C'est ce qu'estiment les Français, selon un sondage. Un chiffre en augmentation, qui varie selon la situation géographique.

Le chiffre. Les Français estiment qu'une personne seule a besoin au minimum de 1.490 euros par mois pour vivre, selon une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) publiée mercredi.

Les Parisien ont "besoin" de plus. Ce montant augmente davantage que les prix: il est supérieur de 75 euros par rapport à 2008, inflation déduite. Il varie en fonction des revenus, les cadres et professions libérales citant 1.560 euros en moyenne, les ménages les moins riches évoquant 1.410 euros. Les habitants de l'agglomération parisienne citent un revenu supérieur (1.620 euros), tandis que ceux des communes de moins de 20.000 habitants évoquent un montant inférieur (1.430 euros).

Des inégalités pour 9 Français sur 10... A titre de comparaison, selon l'Insee, le niveau de vie médian après impôts s'élevait en 2011 à 1.630 euros par mois, c'est-à-dire que la moitié des Français gagne moins, l'autre moitié gagne plus. La même année, 8,7 millions de personnes vivaient avec moins de 977 euros par mois (seuil de pauvreté). Ce baromètre, publié chaque année, montre également que "les Français perçoivent de plus en plus la montée des inégalités sociales": ainsi, neuf sur dix estiment que les inégalités ont augmenté ces cinq dernières années (sept sur dix partageaient ce constat en 2000).

"Inacceptables" concernant les soins. Si 42% des personnes consultées considèrent les inégalités de revenus comme les plus répandues, ce sont les inégalités d'accès aux soins qui arrivent en tête des plus inacceptables (22%), devant les revenus (19%) et le logement (16%). Les Français sont plus critiques sur l'accès aux soins que sur leur qualité: huit sur dix sont satisfaits de la qualité des soins dispensés par les médecins et les dentistes, sept sur dix de celle des hôpitaux, six sur dix de celle des cliniques.