Zhang Daqian star de l'art en 2011

  • A
  • A
Zhang Daqian star de l'art en 2011
Il a réalisé un produit de ventes aux enchères d'un montant cumulé de 554,53 millions de dollars en 2011.@ Reuters
Partagez sur :

L'artiste chinois est devenu numéro 1 des enchères mondiales cette année, selon Artprice.

Il vient de détrôner Pablo Picasso qui était premier au classement en 2010. L'artiste chinois Zhang Daqian (1899-1983) est devenu numéro un au hit parade des enchères mondiales en 2011, reléguant à la quatrième place le peintre espagnol derrière le Chinois Qi Baishi et l'Américain Andy Warhol, selon le classement établi par Artprice, la société française leader des données sur le marché mondial de l'art. "La Chine, qui a pris la première place sur le marché des enchères d’œuvres d'art depuis 2010, a hissé en 2011 deux de ses artistes phares en tête du classement annuel des artistes", a indiqué Thierry Ehrmann, président-fondateur de cette société.

Zhang Daqian, artiste des traditions de la peinture chinoise, qui occupait la troisième place en 2010, a réalisé un produit de ventes aux enchères d'un montant cumulé de 554,53 millions de dollars en 2011 (contre 314,94 millions d'euros en 2010), avec 1.371 lots vendus. Mondialisé, le marché de l'art est également très régionalisé. Les ventes aux enchères d’œuvres de Zhang Daqian et de Qi Baishi se sont faites à 99% sur les places asiatiques. A l'inverse, celles d'Andy Wahrol et de Pablo Picasso ont eu lieu à 99% dans le reste du monde (Etats-Unis et Europe essentiellement).

La montée en puissance des Chinois

La montée en puissance des artistes chinois n'en reste pas moins éclatante. "Jusqu'à une période relativement récente, il n'y avait pas officiellement de collectionneurs privés car la propriété privée était interdite par le régime communiste", rappelle Fabrice Bousteau, directeur de la rédaction du magazine Beaux Arts. Il y a donc un phénomène de rattrapage.

"A cela s'ajoute une volonté nationaliste d'acheter des artistes chinois. C'est un phénomène que l'on observe dans d'autres pays émergents comme l'Inde ou le Brésil, attachés à promouvoir leurs propres créateurs", déclare Fabrice Bousteau. En outre, "les nouveaux riches de ces pays éprouvent la nécessité de se valoriser socialement en achetant des oeuvres d'art", ajoute-t-il.

250 millions pour un Cézanne

Le palmarès d'Artprice ne prend en compte que les ventes aux enchères publiques. En ventes privées, les prix des œuvres se sont également envolés et l'art occidental reste puissant. Une version des Joueurs de cartes de Paul Cézanne aurait été achetée 250 millions de dollars par la famille royale du Qatar, selon le magazine Vanity Fair.

En outre, plus que le montant cumulé des ventes -qui dépend notamment du nombre de lots mis en vente-, c'est la cote de l'artiste qui compte. Celle de Picasso comme de Warhol s'est bien comportée en 2011.